Le Mariage forcé ou Marie-Antoinette humiliée PDF

Marie-Antoinette en 1783 par Élisabeth Vigée Le Brun. Marie-Antoinette reçoit une éducation où le maintien, la danse, la musique et le le Mariage forcé ou Marie-Antoinette humiliée PDF occupent l’essentiel de son temps, ne bénéficiant, de ce fait, d’aucune éducation politique.


Pourquoi Louis XVI et Marie-Antoinette ont-ils mis sept ans à consommer leur mariage ?
Fruit de longues années de recherches, en France et à Vienne, où se trouvent des archives inédites, réalisé avec le concours d’une équipe médicale, cet ouvrage éclaire de façon crue la question, irrésolue depuis deux siècles, du mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette.
À la vision d’un roi un peu benêt et manipulé, voire impuissant, se substitue une version fidèle aux faits. À la fin des années 1760, la monarchie est affaiblie et le duc de Choiseul voudrait devenir à la mort du vieux Louis XV une sorte de « maire du palais ». Il entend se servir de l’une des filles de Marie-Thérèse d’Autriche, Marie-Antoinette, qu’il a mise dans le lit du dauphin et qui, croit-il, régnera sans partage sur l’esprit du jeune homme. Une fois célébré, le mariage dégénère pourtant en une lutte politique forcenée.
Le Tout-Versailles et bientôt le peuple s’interrogent sur l’exécration du mari pour sa femme et sur la haine de celle-ci pour un conjoint qui la dédaigne. Le futur Louis XVI est en réalité un monarque manipulateur qui veut sauver une royauté en perdition et se sert avec sang-froid des rares armes qu’on lui a laissées. On est loin de l’affaire d’alcôve souvent évoquée, mais de plain-pied dans la « grande histoire ».
Une démonstration implacable dont les éléments s’emboîtent comme les pièces d’un puzzle.

Autriche possède une étiquette beaucoup moins stricte que celle de Versailles : les danses y sont moins complexes, le luxe y est moindre et la foule moins nombreuse. Pastel de Marie-Antoinette réalisé par Joseph Ducreux en 1769 à l’intention du Dauphin afin qu’il puisse faire connaissance de sa future épouse. Marie-Christine et Albert sont nommés, par la suite et avec lui, régents des Pays-Bas en 1780. Marie-Antoinette, qui doit concrétiser la réconciliation des deux Maisons les plus prestigieuses d’Europe. Cela ne tarde pas, le 17 avril 1770, Marie-Antoinette renonce officiellement à ses droits sur les couronnes dépendant de la Maison d’Autriche. Seul le mariage de Louis XIV avec l’infante d’Espagne un siècle auparavant avait eu un semblable retentissement. De douloureux pressentiments entourent alors son départ de Vienne.

Weber dit, dans ses mémoires :  On a peine à se défendre de la superstition des pressentiments quand on a vu les adieux de Marie-Antoinette à sa famille, à ses serviteurs et à son pays, en 1770. Hommes et femmes se livrèrent aux mêmes expressions de la douleur. Les avenues, comme les rues de Vienne en retentirent. L’impératrice sa mère semble aussi touchée par le phénomène.

Une anecdote raconte que Joseph Gassner, ecclésiastique venu chercher l’asile à Vienne, se croyant inspiré par Dieu, à une question de Marie-Thérèse lui demandant comment allait sa fille, ne répondit pas, pâlit, et finit par articuler :  Madame, il est des croix pour toutes les épaules. En chemin pour la France, Marie-Antoinette croise le cortège de sa tante paternelle Anne-Charlotte de Lorraine, comme toute sa famille résolument opposée à l’alliance avec la France qui a dépossédé ses ancêtres des duchés lorrains. Marie-Thérèse demanda à Charlotte et Louise de Hesse-Darmstadt, amie de Marie Antoinette d’accompagner cette dernière en France. Le choix de cette île, entre l’Allemagne et la France représente également une sorte de zone neutre.

Arrivée à Strasbourg, le temps redevenu clément, elle est complimentée de toutes parts et à M. Autigny, préteur royal de la ville, qui s’adresse à elle en allemand, elle répond :  Non ! Ne parlez point allemand, s’il vous plaît. Le 9 mai 1770, elle s’arrête à Nancy. Elle se recueille en l’église des cordeliers, devant les tombeaux de ses ancêtres paternels, les ducs de Lorraine et de Bar.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.