Le Midrash Rabba sur Ruth PDF

Le jour doit en outre donner lieu, après que les enfants d’Israël le Midrash Rabba sur Ruth PDF pris possession du pays, à une réjouissance collective, au cours de laquelle les  prémices de ton labeur que tu as cultivé dans ton champ  sont remis au prêtre. Chavouot était fidèlement observée à l’époque du second Temple. Allons, montons à Sion, vers H’ notre Dieu !


Le Midrash Rabba sur Ruth, commentaire suivi du livre de Ruth, n’avait jamais encore été traduit en français. Nous en proposons ici une traduction accompagnée du texte hébreu original.
Le lecteur trouvera en Introduction, un texte présentant le genre littéraire appelé Midrash. Cette Introduction lui propose également une série de parcours qu’il est possible d’effectuer dans Ruth Rabba.
Ruth Rabba possède un contenu extrêmement riche. C’est un midrash centré sur les temps messianiques. Mais cet horizon émerge à partir de thèmes très concrets : l’ouvrage s’ouvre sur des considérations d’ordre économique et social…

Ruth Rabba nous parle à différents niveaux.
• Le rouleau de Ruth traite du don de la Loi. La tradition a lié en effet ce livre à la fête de shavu’ot, qui est celle de la donation de la Loi. Le Zohar affirme :
« ce rouleau fait allusion à la loi écrite, à la loi orale et au monde à venir ».
• Le rouleau de Ruth traite des rapports entre Juifs et païens : Ruth et Noémi deviennent si proches, qu’elles sont indiscernables.
• Le rouleau de Ruth nous parle du Lévirat, une loi bien étrange. Que signifie cette loi ?
• Le rouleau de Ruth traite du Hessed, de la générosité, comme l’a bien vu Victor Hugo (“sa gerbe n’était pas avare”. . . ). Il s’agit de la générosité et de l’ouverture des Juifs vis-à-vis des autres peuples. Le Judaïsme
a-t-il vocation à devenir religion universelle ?
• Le rouleau de Ruth traite de la rédemption et du retour. Pourquoi Ruth Rabba nous parle t-il d’Elisha, cet hérétique mystérieux ?
• Le rouleau de Ruth nous parle de la fin des temps.

Ruth Rabba est un ouvrage irremplaçable pour comprendre la démarche et le mode de pensée midrashique qui est constitutif du Judaïsme.

Ils envoyaient alors des messagers et embellissaient leurs prémices. Les petites gens, les délégués et les notables sortaient à leur rencontre, selon le rang des arrivants. Le chant de la flûte les précédait jusqu’à ce qu’ils fussent parvenus au mont du Temple. Chavouot tombait, selon les Pharisiens, entre le 5 et le 7 sivan, en fonction de la conjonction lunaire des mois d’iyar et sivan. La Septante, Flavius Josèphe et Philon d’Alexandrie partageaient l’interprétation pharisienne.

Les rabbins pensent qu’elle a été donnée le 6 tandis que Rabbi Yosse penche pour le 7. La controverse a été tranchée en sa faveur et la Torah aurait été donnée le 7 sivan de cette année. La fête de Chavouot est célébrée le 6 sivan et le lendemain en diaspora, du fait de la coutume d’ajouter un second jour aux fêtes bibliques. Elle ne se distingue, contrairement à Pessa’h et Souccot, par aucun rite particulier en dehors de sa liturgie.

Comme ces deux fêtes, Chavouot était, à l’époque des premier et second Temples de Jérusalem, une fête de pèlerinage, au cours de laquelle les Juifs étaient tenus de se rendre à Jérusalem et d’y faire des offrandes à Dieu selon les ordonnances bibliques. Temple reconstruit, la liturgie se concentre principalement, comme à Pessa’h et Souccot, sur le souvenir des anciens rites et offrandes. Certains disent qu’il en est de même pour le kiddoush mais ce n’est en rien obligatoire, surtout dans les pays d’Europe, où la nuit tombe tard à cette période de l’année. Exode 20:1-5 dans un codex massorétique indiquant les signes de cantillation supérieurs et inférieurs. Chavouot, les dix commandements sont lus d’après les signes de cantillation au-dessus et non en dessous des lettres. On sort le premier jour, après la répétition de la ʿamida du matin et la lecture du Hallel, deux rouleaux de la Torah. De nombreuses communautés séfarades lisent la Ketouba à ce moment.

Cette lecture est réalisée selon le taʿam elyon, c’est-à-dire en ne tenant compte que des signes de cantillation supérieurs. Un rouleau du Livre de Ruth. La lecture du Livre de Ruth est universellement réalisée mais diverses coutumes se rencontrent selon les communautés. Dans les communautés libyennes, la lecture du livre de Ruth donne lieu à une session d’études réalisée à la synagogue ou chez des particuliers : elle est précédée de la lecture du Livre des Proverbes et est suivie des azharot d’Isaac ben Reouven Albargeloni, dont chacun lit un vers.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.