Le nouveau dictionnaire de la vision PDF

Macron : que le spectacle continue, mais sans nous ! Ces interminables séances du one-man-show présidentiel sont-elles encore légales ? Le nouveau dictionnaire de la vision PDF, Emmanuel Macron a du talent. Il a du talent, et il le sait.


Très à l’aise, debout au milieu de son auditoire, il poursuit, avec assurance, sa campagne électorale en vue des européennes sans que le CSA, pourtant alerté par l’opposition, ni la presse ne s’en offusquent. Macron faire son show plus on pense à ces télé-évangélistes américains qui par leur talent oratoire et leur sens du spectacle arrivent à embobiner un public en souffrance. Il faut dire que BFMacron y met du sien ! En fait ce n’est pas un grand débat, c’est juste Macron sur une scène qui répond à des questions préparées en classe. Pas à un moment les jeunes peuvent répondre. Il reste au Président plusieurs régions à visiter.

Donc, il va nous falloir fermer notre téléviseur encore pendant des heures et des heures pour ne pas subir ce cinéma dont chaque geste venant souligner telle phrase a été pensé. Dalida nous avait charmés avec son « Paroles, paroles » qu’avait d’ailleurs singé Marine Le Pen lors de la dernière campagne présidentielle : « Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots, rien que des mots. Des centaines de promesses dans le style « Je vous ai entendus », aussi nombreuses que variées. Ces interminables débats qui ne sont, en réalité, qu’un discours-fleuve risquent de se transformer, le 15 mars, en grenade dégoupillée. Créé par De Gaule, le 25 décembre 1945 avec Soustelle et Pleven, le Franc CFA est un outil de réaffirmation de l’autorité de la métropole sur des zones qui ont échappé à son contrôle lors de la Seconde Guerre Mondiale. Ce qui pouvait se comprendre au lendemain de la Guerre prend une autre tournure au moment de la décolonisation.

L’infantilisme financier et l’irresponsabilité, dans lesquels ils sont encore tenus ont engendré des peuples d’assistés chroniques. Leurs chefs d’États sont devenus des mendiants et des voleurs, pratiquant d’un côté une politique de révérence envers la puissance étrangère qui les protège, et qui détient leur porte-monnaie, et spoliant de l’autre leurs populations. Un avantage non négligeable en période de crise. Enfin, le franc CFA constitue, avant tout, un levier politique qui permet une ingérence directe dans les affaires d’un pays. Il a suffi au Gouvernement de Sarkozy de couper les robinets de la Banque centrale d’Afrique de l’ouest, et de fermer les banques – filiales de banques françaises – en Côte d’Ivoire pour mettre Laurent Gbagbo en difficulté.

Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur le cas de la Côte d’Ivoire et de son président légitime Laurent Gbagbo dans une prochaine édition. En vérité, le franc CFA n’est pas un vestige de la colonisation, c’est une privatisation de la colonisation. Elle permet à nos dirigeants de corrompre les élites africaines, d’imposer la présence des multinationales comme Areva, Total ou Bouygues dans des marchés publics africains, avec des fonds publics mais des bénéfices très privés. Pour que l’Europe demeure aux Européens, il faut rendre l’Afrique aux Africains. Ce qui permettra de rendre les Africains à l’Afrique.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.