Le Penseur malgré lui PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Le libéralisme repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux naturels précédant toute le Penseur malgré lui PDF, et qu’aucun pouvoir n’a le droit de violer, et prône la liberté d’expression des individus.


L’humour à la Une.


 » J’apprécie l’humour de Grégoire. Ce ne sont qu’aphorismes, pensées ou réflexions absurdes que j’ai adorées : c’est très inspirant. C’est dans l’esprit de ce que j’aime écrire et dire sur scène. « 

GAD ELMALEH

On peut rire de tout mais pas n’importe comment. Grégoire jongle avec toutes les formes de textes courts.

Qu’il s’agisse de pensées –  » Le mocassin, on ne s’en lace pas  » ;  » La démocratie, c’est la liberté de dire qu’on en manque  » ;  » Les frites, c’est le fan club du bifteck  » –, d’aphorismes –  » Les sondages le confirment : trois Français sur quatre ignorent qu’il y en a peut-être un cinquième  » ;  » La vérité, c’est un mensonge qui s’est dégonflé au dernier moment  » – de fables express ou d’inattendus (discours électoraux, critiques d’art, allocution de départ à la retraite, poèmes chevelus, professions de foi, apologie des hors-la-loi, poème au dieu du golf, etc.), chaque page est une surprise !

On y retrouve à la fois l’esprit allaisien et la philosophie souriante des célèbres Euphorismes.

Il prône des pouvoirs politiques encadrés par une loi librement débattue et défend un État de droit et des contre-pouvoirs. Ainsi le libéralisme peut se manifester paradoxalement de façons diverses, voire opposées. Max Weber a souligné le fondement commun et le même socle anthropologique de tous les libéralismes : l’individu. Ainsi la domination de l’État par la société n’est pas libérale, mais l’absorption de l’État dans la société ne l’est pas non plus. L’État, après avoir été maitre de l’individu, doit se mettre à son service. Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, interprétée comme un rappel du droit naturel. Du droit à la vie découlent le droit de légitime défense contre toute agression, le droit à la sûreté et le droit de résistance à l’oppression.

La liberté se traduit par le droit pour chacun d’agir comme il le décide afin de poursuivre ses objectifs propres par ses moyens propres, d’échanger, de s’associer et de contracter librement, de s’exprimer librement et de choisir librement ses sources d’information. Ces droits ont un caractère universel. Un droit naturel se distingue d’un droit positif en ce que son exercice ne suppose rien quant à l’action d’autres personnes et qu’il ne découle pas d’une définition législative. Personnalité, Liberté, Propriété sont antérieures et supérieures à toute législation humaine. La thèse des droits naturels est largement développée par John Locke.

De cette théorie est issue la conception moderne des droits de l’homme qui a fourni historiquement une partie de la justification idéologique de la Révolution américaine et de la Révolution française. Cependant, la théorie des droits naturels a été vigoureusement contestée par Jeremy Bentham et John Stuart Mill. On voit dès lors où se situe la différence entre l’école libérale des droits naturels dont Kant est un des représentants les plus marquants, et le libéralisme utilitariste. Inversement, l’utilitarisme libéral peut courir le danger grave de justifier les raisonnements du type la fin justifie les moyens. Jusqu’où a-t-on le droit de sacrifier le bonheur de certains au bonheur du plus grand nombre ? Ou bien encore : y a-t-il place pour l’eugénisme dans une société libérale ? La morale libérale peut se résumer par un seul précepte : Tu ne violeras pas les droits naturels d’un autre être humain.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.