Le renouveau islamique en Afrique noire : L’exemple de la Centrafrique PDF

Religions et croyances au Sénégal occupent une place importante dans le renouveau islamique en Afrique noire : L’exemple de la Centrafrique PDF culture et la vie quotidienne du pays. Le Sénégal est un pays où croyances et traditions se mêlent à la modernité. Islam Sunnite basé sur la théologie Ash’arite, la jurisprudence Malikite et le Soufisme, représenté au Sénégal par les confréries suivantes : la tijaniya, le mouridisme, la qadiriyya et le layénisme.


L’Afrique noire, au cours de ces dernières décennies, est marquée par la montée en puissance de nouvelles organisations religieuses, notamment les ONG et les associations islamiques. L’effondrement des Etats africains, sous le poids de la dette, de la mauvaise gouvernance et des réformes prescrites par les Institutions de Bretton Woods, a laissé vacants de nombreux secteurs sociaux (santé, éducation, humanitaire) que ces nouvelles organisations religieuses s’emploient à occuper. Il leur arrive d’investir des pans entiers du secteur public et même du champ politique. Ces nouvelles structures sont animées par les nouveaux oulémas, formés dans les universités ou instituts islamiques, et également par de jeunes intellectuels, des cadres et des femmes instruites. Engagées à promouvoir le renouveau islamique au cœur de la société, dite moderne, ces organisations islamiques entretiennent de fréquents rapports avec les Etats laïcs et les Etats arabo-musulmans. Par conséquent, elles n’échappent pas à la récupération politique et à l’instrumentalisation idéologique. La Centrafrique, pays laïc, à majorité chrétienne et géographiquement enclavé, est au cœur de cette dynamique religieuse.

Les layènes sont une confrérie musulmane basée sur le mahdisme. C’est l’une des confréries du Sénégal et est originaire de Yoff, village lébou devenu l’une des communes d’arrondissement de Dakar. Au Sénégal, la tijaniya a pour principale ville sainte Tivaouane où élut domicile le guide Seydi Hadji Malick Sy, décédé en 1922, qui répandit un enseignement pacifiste. Les mourides constituent l’une des confréries importantes, la plus importante confrérie soufie née en Afrique subsaharienne. Cheikh Saad Bouh a participé à son expansion au Sénégal. Le mouvement Naby Allah naît à la suite de l’appel du 6 mars 1977 de Mohamed Seni Gueye dit  Sangabi .

Au-delà des appartenances confrériques, il vise à régénérer un Islam de paix dans la société démocratique moderne. Principalement au sud du pays en Casamance, en pays sérère et dans les principales villes du Sénégal Dakar, Saint-Louis, ils effectuent leur pèlerinage à Popenguine. Daniel Brottier, fondateur des orphelins apprentis d’Auteuil. Le Sénégal dispose de sept diocèses.

Le protestantisme est également représenté avec, entre autres, l’Église protestante du Sénégal. Les animistes sont respectés car ils détiennent des connaissances ancestrales très fortes. Les Sénégalais pratiquent plus ou moins ces anciennes croyances par de petits remerciements ou demandes de protection en versant de l’eau, du lait au pied d’un arbre ou plus souvent au pied d’un baobab, surnommés  la maison des esprits . La tolérance religieuse, reflet de l’aspiration d’une nation à la démocratie : dans la vie et l’œuvre de quatre auteurs sénégalais : Birago Diop, Cheikh Anta Diop, Léopold S. Senghor, Abdoulaye Sadje, Fondation Konrad Adenauer, 2007, 65 p. Islam and Christianity in West Africa, Ile-Ife, The University of Ife Press, 1983, 137 p.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.