Le Structuralisme PDF

On parle aussi de littérature fin-le Structuralisme PDF-siècle. Anatole Baju en 1886 dans Le Décadent artistique et littéraire. Mais il existe un lien entre le lyrisme et le décadentisme.


L’idée de  décadence  apparaît en France dès le Second Empire, où l’on parle de  déclin . Toutefois, c’est avec la publication des Essais de psychologie contemporaine de Paul Bourget en 1883 que le mouvement décadent commence à se définir. La Plume, Le Décadent, La Vogue, etc. Le décadentisme n’a jamais eu de véritable chef de file.

Le roman décadent se caractérise notamment par une crise du roman, rempli de distorsions et d’anachronismes, et une crise du personnage : dans Monsieur Bougrelon de Jean Lorrain, par exemple, le héros existe-t-il ? Cette discontinuité, cet art du fragment se retrouvent prégnants chez un contemporain esthétiquement proche, Jules Renard, dont le Journal témoigne par ailleurs de préoccupations stylistiques obsessionnelles. Mireille Dottin, S comme Salomé, Toulouse, P. Louis Forestier,  Germain Nouveau et le mouvement décadent , L’Esprit créateur, Poètes maudits ou décadents, Minneapolis, vol. Sur la décadence, Paris, Honoré Champion, 1995, 328 p. Alain Montandon, Mythes de la décadence, Presses universitaires Blaise Pascal, 2001, 375 p.

Jean de Palacio, Configurations décadentes, Peeters Leuven, La République des Lettres, 2007, 312 p. Figures et formes de la décadence, Paris, Séguier, 2000, 306 p. La Décadence : le mot et la chose, Paris, Les Belles lettres, 2011, 341 p. Le Silence du texte : poétique de la décadence, Peeters Leuven, La République des Lettres, 263 p. Stéphane Verstaevel-Magnier, Catulle Mendès, Poète protée, A. El lector decadente, anthologie de Jacobo Siruela, Atalanta, 2017. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 5 décembre 2018 à 14:18. Issu d’une famille genevoise d’illustres savants, Ferdinand de Saussure est né en 1857. B105 de la Faculté des Lettres de l’Université de Genève dans laquelle Saussure enseigna la linguistique générale. Après avoir achevé ses études secondaires au collège de Genève, il se rend en 1875 à Leipzig où se trouvait la plus célèbre université de philologie de l’époque, puis à Berlin et à Paris. Deux ans plus tard, il présente également à Leipzig sa thèse de doctorat : De l’emploi du génitif absolu en sanscrit.

Il y enseigna la linguistique indo-européenne, avant de retourner en Suisse. Ferdinand de Saussure est l’un des linguistes les plus cités au monde, ce qui est remarquable car il n’a guère publié de son vivant. Même ses quelques articles scientifiques ne sont pas sans problème. Saussure, qui avait étudié la grammaire de base de la langue lituanienne à Leipzig pendant un semestre mais était incapable de parler la langue, était donc dépendant de Kurschat. Cependant ce texte n’est pas rédigé par Saussure, mais par deux disciples qui, en se fondant sur les notes des étudiants, rédigèrent un texte censé rendre compte de sa pensée. Ce n’est que dans les années soixante que commence à se développer une étude plus précise des sources, visant à identifier, à partir de ses propres manuscrits, les idées appartenant à Saussure.

La fin ultime de Saussure est de proposer une théorie cohérente du langage, qui sera à même de saisir son objet avec la plus grande rigueur et netteté possibles, en distinguant le phénomène linguistique de tout phénomène connexe. Cela amène Saussure à distinguer le langage des langues. Par langage, Saussure entend la faculté générale de pouvoir s’exprimer au moyen de signes. Cette faculté n’est pas propre aux langages naturels mais elle caractérise toute forme de communication humaine. Par langue, Saussure entend en revanche un ensemble de signes utilisés par une communauté pour communiquer : le français, l’anglais ou l’allemand, pour ne citer que quelques exemples. Mais au-delà de cette distinction, Saussure différencie en outre la langue et la parole.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.