Les chemins sans croix : Commandos spéciaux en Indochine PDF

Pour rejoindre Londres et plus tard Casablanca, une seule voie semblait alors possible : franchir les Pyrénées et traverser l’Espagne en s’appuyant sur des réseaux constitués pour les plus chanceux, les chemins sans croix : Commandos spéciaux en Indochine PDF hasard des événements pour l’immense majorité. Tous connurent alors pour de longs mois, internement, prisons, camp de concentration, sévices de tous ordres, faim, maladies et parfois l’épuisement et la mort.


C’est la guerre d’Indochine, dans foute sa cruauté implacable, ses incompréhensions, ses générosités, ses contradictions…
Dans un pays fascinant aux grandeurs merveilleuses, dont l’âme de l’auteur est remplie, au peuple loyal, fidèle, déchiré, un homme passionné resté pur malgré la terrible empreinte des guerres qui l’ont marqué très jeune, souffre, aime, sauve et tue, accepte et refuse, obéissant souvent avec tristesse et la rage au cœur. C’est la question d’hier et d’aujourd’hui, la question posée toujours pour tous les combats, tous les guerriers, tous les hommes… C’est le cri de détresse de ceux qui découvrent l’inannité de toutes les guerres et sont obligés d’aller de l’avant. Le héros de ce récit, Saint-Gilles, vous fera entrer dans le domaine des commandos et des guerilleros, de ceux qui savent être durs et aussi être tendres, qui vivent toute la poésie d’un pays enchanteur, qui apprécient les belles villes où crépite le néon, qui aiment les rivières où se baignent les jeunes filles aux regards sombres et qui y meurent. Vous vivrez intensément et vous comprendrez alors peut-être le cruel problème du Viet-nam. Un récit passionnant, d’une terrible lucidité, d’une poignante et affreuse réalité, comme vous n’en avez jamais lu.

Demain, vous serez libres, tous ! Mensonges délibérés mais dans le coeur des prisonniers demeurait la folle certitude de la bataille à venir, de la bataille qui les verrait un jour revenus les armes à la main participer à la libération du sol natal. Catalyseur de leurs peines comme de leurs espérances, de leur internement comme de leur combat, ce « Manana » est devenu le symbole même de leur évasion de France : marque d’union, il figure sur l’insigne qu’ils portent. La traversée des Pyrénées commence dès 1940 mais c’est à partir de Novembre 1942, date marquée par le débarquement des troupes alliées en Afrique du Nord entraînant l’invasion de la France entière par les troupes allemandes, que le rythme des passages et les périls encourus s’intensifient. La zone frontière devenue zone interdite dans sa totalité est sillonnée sans cesse par les patrouilles allemandes, des agents doubles se sont infiltrés parmi les passeurs, les embuscades en montagne se soldent chaque fois par la mort et la déportation en Allemagne : les Évadés capturés y rejoignent certains de leurs prédécesseurs malheureux que trop souvent après les avoir internés, les Espagnols ont remis aux autorités allemandes. 4 000 d’entre eux, accidentés en montagne, abattus ou déportes auront payé de leur vie le rêve qu’ils avaient fait. Ces pages sont consacrées aux Evadés de France par l’Espagne, durant la seconde guerre mondiale.

This entry was posted in Romans policiers et polars. Bookmark the permalink.