Les Jacobins PDF

The following error occurred: You les Jacobins PDF used invalid syntax. Please contact the webmaster with any queries.


 » Le hasard de l’Histoire a voulu que s’installe à Paris, en octobre 1789, dans un couvent de dominicains, un club dont l’influence allait un temps s’imposer dans le cours de la Révolution française. Les jacobins lègueront en héritage l’image forte d’un groupe d’homme décidés à conduire la Révolution « jusqu’au bout », d’une structure où certains voient l’expérimentation d’une démocratie conquérante, d’autres une machine propre à broyer les individus, voire la matrice des totalitarismes à venir.  » Qui furent les jacobins ? Qui furent ces hommes dont le discours et l’action ont souvent été mal compris ? Quel héritage ont-ils transmis ? Dans cet ouvrage passionnant, Michel Vovelle s’efforce de répondre à ces questions en retraçant l’histoire politique et intellectuelle du jacobinisme de la Révolution à l’époque contemporaine. Il révèle, en particulier, comment ce courant de pensée, souvent perçu comme une singularité française, s’est diffusé dans l’ensemble de l’Europe aux XVIIIe et XIXe siècles. À travers une analyse approfondie de l’historiographie, il conduit le lecteur à s’interroger sur le sens et la portée de cette tradition intellectuelle dont, encore aujourd’hui, certains hommes politiques continuent de se réclamer.

1871 : nom donné en 1871 à un groupe d’hommes politiques républicains prônant l’organisation de la Commune de Paris sur le modèle centraliste de la période montagnarde de la Révolution de 1789. Le Jacobin, un opéra en trois actes d’Antonín Dvořák. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 21 avril 2018 à 13:22. Une séance au Club des jacobins en 1791 dans la bibliothèque des Dominicains. Alexandre de Lameth préside, tandis que Mirabeau prononce un discours. La chute de Robespierre marque la fin du grand rôle politique exercé par le club et entraîne sa dissolution en novembre 1794.

Mirabeau domine le club jusqu’en décembre 1790. Le triumvirat Duport, Barnave et Lameth succède à Mirabeau. L’objet du club est à l’origine de préparer les séances à l’Assemblée, en discutant d’avance les textes qui doivent y être débattus et de travailler à l’établissement et à l’affermissement de la Constitution. Le succès est rapide : 200 adhérents à sa création, déjà plus d’un millier en décembre 1789. Très vite, le club s’entoure en province de sociétés filiales à qui il donne une investiture. Près de 150 filiales fin 1790, assez nombreuses déjà pour constituer un réseau national doté, dès octobre 1790, d’un Journal des Sociétés des amis de la constitution, fondé par Choderlos de Laclos. L’analyse sociale du recrutement, à Paris comme en province, fait apparaître la même prédominance de l’élite du tiers état : négociants, magistrats, officiers, médecins, rentiers.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.