Les larmes du bodhisattva PDF

L’appellation de bouddha peut donc référer les larmes du bodhisattva PDF plusieurs personnes. Statue de Bouddha au temple des Six Banians à Canton. Il est plus souvent appelé arhat et n’est pas toujours considéré comme un bouddha. Atteindre cet éveil demande de suivre la voie de bodhisattva.


On trouvera ici la traduction de deux textes de Shabkar Tsogdrouk Rangdrol : d’abord un extrait des Merveilleux Ecrits émanés, une anthologie de citations canoniques et de commentaires tibétains sur les méfaits liés à la consommation de chair animale, puis un essai intitulé Ambroisie d’immortalité, sur la nécessité de cultiver une compassion authentique pour tous les animaux. On comprendra ainsi que, selon les enseignements du Bouddha, il n’est pas nécessaire de réprimer par la volonté son attirance pour la viande, mais au contraire de retourner à la bonté naturelle du cœur
pour qu’y renaisse une juste sensibilité à la souffrance des autres, telle que l’idée même de nuire aux bêtes en les exploitant et en s’en nourrissant disparaîtra spontanément.

C’est ce dernier type que désigne le plus souvent le terme bouddha. L’exemple le plus célèbre en est le Bouddha historique, Shakyamuni, mais d’autres samyaksambuddha sont reconnus et vénérés. Le bouddhisme ancien ou le bouddhisme theravāda considère que seuls de rares individus emprunteront la voie du bodhisattva, dont l’aboutissement est l’éveil pur et parfait du samyaksambuddha, qui permet de  faire tourner la roue du dharma  et de répandre la bonne doctrine dans le monde. Dès l’origine, le bouddhisme reconnaît, outre le Bouddha de notre ère, plusieurs bouddhas du passé qui l’ont précédé. Bouddha de la pagode de Fréjus.

Les deux premiers corps ne sont que des moyens d’enseigner dus à la compassion. L’adibouddha engendre des émanations qui engendrent elles-mêmes d’autres émanations, bouddhas, bodhisattvas, formes courroucées, etc. Le modèle archétypal est le groupe des cinq bouddhas de méditation. Le niveau où se situe une figure donnée peut varier selon les traditions ou le type de pratique tantrique.

Le corps de tout Bouddha est paré de trente-deux marques majeures et 80 marques mineures : par exemple, les pieds et les mains portent la représentation d’une roue, le sexe est caché dans une gaine, les dents sont au nombre de quarante. On compte également quatre-vingts marques mineures, comme le sexe bien développé, l’aspect juvénile du corps, les mains marquées de la svastika ou une chevelure parfumée. Ces marques sont considérées par la plupart des bouddhistes, notamment Theravâda, comme relevant de la superstition ou du mythe, en rapport avec la tradition brahmanique de l’époque. Le Bouddha prononçant le discours de Vārānasī sur les quatre nobles vérités pour le bénéfice de ses anciens condisciples, à la suite de son plein Éveil.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.