Les Méthodes en pédagogie PDF

Cet article est une ébauche concernant l’éducation. Vous pouvez aider en ajoutant des références ou les Méthodes en pédagogie PDF supprimant le contenu inédit.


Les méthodes pédagogiques peuvent paraître contradictoires, trop dogmatiques au vu des écarts souvent importants entre principes, pratiques et directives officielles… Y a-t-il seulement une manière meilleure que les autres d’éduquer ? Cet ouvrage présente les méthodes et techniques qui ont influencé et influencent encore les pratiques pédagogiques. Il montre comment leur connaissance peut aider à orienter de façon réflexive chaque pédagogue, et à élaborer de manière cohérente sa propre pédagogie.

Les moyens utilisés sont nombreux et doivent toujours être adaptés au processus de formation. Ces moyens doivent être adaptés aux différents types de publics : classes maternelles et enfants, adolescents, formations pour adultes. Bien que la Pédagogie active repose sur des méthodes et une approche relationnelle de la transmission de connaissances, elle est de plus en plus liée aux évolutions techniques. Les écoles et les centres de formation sont de mieux en mieux équipés en moyens informatiques qui interfèrent dans la pédagogie, donnent à l’enseignant à la fois plus de liberté dans l’acte de transmission et génèrent des contraintes inhérentes à toute technique.

C’est en fait tout l’avenir et l’évolution des Technologies de l’information et de la communication pour l’éducation qui est posé ainsi, de son impact sur les méthodes pédagogiques et le positionnement des enseignants à son égard. La pédagogie Freinet est une des plus connues et des plus utilisées. Basée sur l’expression libre des enfants avec des textes, des dessins, réalisation d’un journal de classe recherche la meilleure implication possible des participants. Si elle est toujours très utilisée – avec le plus souvent quelques variantes, elle ne cesse d’évoluer comme le voulait son initiateur Célestin Freinet. On peut en tirer qu’une formation centrée sur le contenu sera plutôt qualifiée  d’enseignement  et que par contre une formation centrée sur les personnes sera plutôt qualifiée  d’éducation . Poser une telle question, c’est admettre que le maître n’a pas forcément la science infuse, qui se traduit par une remise en cause essentielle du rôle de l’enseignant et du contenu des programmes dominés pendant très longtemps par l’enseignement traditionnel et la scolastique. Ainsi l’on passe de la passivité à l’interactivité.

L’impact de ces modifications qui touchent en profondeur l’institution enseignante est considérable. Le contenu de l’enseignement est aussi objet de polémiques et de recherches. Certains chercheurs pédagogues ou sociologues comme Edgar Morin prônent un retour à l’idée des encyclopédistes de donner une vision universelle des connaissances humaines et de défractionner les disciplines enseignées qui s’émiettent de plus en plus avec l’apport de nouvelles technologies en particulier. Ce n’est pas le savoir qu’il s’agit d’inculquer, c’est la personne qui doit arriver à son propre épanouissement.

Le point de départ de la pédagogie ne doit pas être de civiliser, mais de former des personnes libres, des caractères souverains. L’acquisition de la connaissance et de la compétence ne réside pas dans le fait de savoir, mais dans l’habilité d’utiliser le savoir et dans la capacité de transformer les connaissances en comportements. En cette matière, la notion de compétence est fondamentale : elle repose sur une performance mesurable, pouvant être évaluée de façon objective et fiable, avec des connaissances sous jacentes maîtrisées. 4 étapes d’un cycle expérientiel : le recours à l’expérience concrète, le passage à l’observation réfléchie, savoir conceptualiser et s’initier à l’abstraction et enfin passer au stade de l’expérimentation active, normalement dans cet ordre en un tour complet.

Elles sont la plupart du temps utilisées en groupe pour que les participants puissent bénéficier au maximum de la richesse de leur échanges, mettre en commun leurs acquis et en tirer des compétences supplémentaires. Sa mise en œuvre Elle doit être basée sur des situations pédagogiques proches de la réalité pour concrétiser les concepts abordés. Les modules de formation doivent avoir du sens pour les participants pour qu’ils puissent s’approprier l’enseignement et mieux mémoriser son contenu. La diversité des études de cas est garante de leur motivation, par le recours à des scénarios structurés où le formateur intervient peu et à des scénarios plus ouverts favorisant les interactions entre participants. La simulation d’un cas pédagogique doit mettre aussi l’accent sur les aspects ludiques de la situation étudiée, plus attrayante et en même temps moins impliquante qu’une situation réelle. Dans ce cadre, le formateur a un rôle essentiel à jouer, étant tour à tour formateur, facilitateur et animateur du groupe. Elle est activée par une  pédagogie de la réussite  qui privilégie la recherche et la correction des erreurs par chaque participant lui-même.

Ainsi qu’en groupe, de façon que l’intégration d’une capacité à réussir en groupe assure que chacun puisse s’approprier les valeurs sous-jacentes à la formation. L’évolution des méthodes d’enseignement vers la pédagogie active a naturellement entraîné une évolution du travail du pédagogue vers un rôle de guide et de conseiller plutôt que celui de  maître de contenu  comme dans son rôle classique. Johann Heinrich Pestalozzi pour les enfants, il s’adresse maintenant à toutes les populations, surtout aux adultes en formation continue. Il peut même y avoir relation triangulaire quand la théorie dépend d’un enseignant et que la mise en application se fait par l’intermédiaire d’un tuteur appelé fréquemment le  maître de stage.

Le coaching pédagogique C’est un processus d’accompagnement fondé sur les besoins personnels d’une personne en formation qui a pour but de prendre en charge le développement de son potentiel et de ses savoir-faire. Cette progression vers une amélioration de la performance est d’autant plus forte qu’elle s’accompagne d’un  mieux-être avec une dépense d’énergie moins forte, moins de stress, moins de souffrance, plus de relations et plus de plaisir. Elle s’inscrit dans un plan de gestion de carrière développant les savoir-faire à partir des savoirs acquis. Mais elle s’oriente néanmoins vers un travail personnel plus important, première étape d’une gestion de carrière, ‘de l’école au bureau’, qui passe par des stages, des périodes de formation et la pratique de l’auto-formation de plus en plus assistée par ordinateur. L’approche classique de l’acquisition de connaissances permettant d’exercer le même métier toute sa vie, ne suffit plus pour maîtriser tel domaine ou telle discipline.

Le savoir repose ainsi de plus en plus sur des données évolutives qui demandent un gros effort de mise à jour. La méthode des cas : voir les travaux de Laurent Lapierre et l’article de Omar Aktouf La méthode des cas et l’enseignement du management, pédagogie ou conditionnement ? Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 19 septembre 2018 à 14:31.

This entry was posted in Romans policiers et polars. Bookmark the permalink.