Les premiers monuments chrétiens de la France. Ouest, Nord et Est, tome 3 PDF

Cet article est une ébauche concernant une commune de la Sarthe. Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour les premiers monuments chrétiens de la France. Ouest, Nord et Est, tome 3 PDF aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune. La place Carnot, au centre de la ville.


Marque de la crue de 1904 dans l’église Notre-Dame. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Une église protestante avait été établie à Mamers, dès 1561, par Honoré Du Colombier. Ses efforts furent tels qu’un vaste temple fut construit la même année. Le 3 novembre 1563, Boisjourdan et Préaux, sicaires de Charles d’Angennes, évêque du Mans, s’y transportèrent à la tête d’une centaine de soldats. Durant les guerres de religion, les catholiques détruisirent le temple de Mamers, tuèrent ou dispersèrent les protestants. Le protestantisme, qui semblait complètement disparu du pays revint à Mamers avec la proclamation de la Deuxième République en 1848.

Un colporteur, du nom de Prunier, entreprit de prêcher le pays. Devant le succès de son entreprise, la Société évangélique de Genève envoya de nouveaux ministres de l’Église réformée à Mamers. En 1850, la Société évangélique de Genève envoya à Mamers le pasteur Porchat. La même année, plus de 600 auditeurs seront présents lors de l’inauguration d’une chapelle.

En 1853, les autorités le sommèrent de fermer ce temple protestant qu’elles considèrent comme contraire à l’ordre public, mais Porchat reste à Mamers et continue le culte en privé. Sortie de la messe à l’église Notre-Dame vers 1906. L’entrée de la sous-préfecture et de l’hôtel de ville se fait par le même bâtiment. Mamers est une sous-préfecture de la Sarthe, la seconde sous-préfecture étant La Flèche. Les données manquantes sont à compléter.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Couvent de la Visitation, construit en 1630 il abrite aujourd’hui la mairie et les services de l’état. Le cloître du couvent de la Visitation. Vitrail du miracle de sainte Onoflette. Détail de la plaque de Julien Lunel.

La dormition de la vierge, détail. Festival de films européens Mamers en Mars : le festival Mamers en Mars tisse sa toile depuis 1990 et s’est affirmé comme la principale manifestation cinématographique sarthoise, et l’une des plus importantes des Pays de la Loire, en attirant près de 4 000 spectateurs par édition. Une plaque posée sur la maison où est décédé Joseph Caillaux, le 22 novembre 1944. Louis Chevalier, sage-femme à Chartres, est née à Mamers le 2 octobre 1777. Article connexe : Armorial des communes de la Sarthe. Blason Coupé: au 1er d’azur semé de fleurs de lis d’or au lion du même brochant, au 2e d’argent au léopard de sable.

Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016. La France protestante : ou Vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l’histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu’à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l’Assemblée nationale, t. 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986, 1121 p. Calendrier départemental des recensements, sur insee. Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.