Les réseaux de l’espérance PDF

Le cycle de vie d’un arbre est identique en milieu naturel et en milieu urbain, toutefois, les contraintes spécifiques de la ville exigent un accompagnement attentif de chaque arbre et le renouvellement des sujets dépérissant. Les arbres sont cultivés en pépinière en moyenne 8 à 10 ans avant d’être plantés en ville. Pour planter l’arbre, une fosse de plantation doit être creusée et remplie de les réseaux de l’espérance PDF végétale.


Le volume de la fosse de plantation est d’environ 12 mètres cubes pour permettre un développement satisfaisant du système racinaire et une alimentation en eau et en éléments nutritifs appropriées à sa croissance. Après ces 3 premières années, l’arbre en pleine croissance ne nécessite plus de soin particulier. A l’âge adulte, l’arbre doit également être élagué régulièrement pour pouvoir cohabiter avec son environnement : dégagement des feux tricolores de circulation et signalétique routière, maintien d’une bonne distance entre l’arbre et les façades, relevage des branches basses pour la circulation routière et les piétons, suppression de bois mort et de branches dépérissantes, réduction de ses parties aériennes afin de maintenir son volume dans l’espace dont il dispose. Il vieillit, contracte des maladies et il faut parfois l’abattre et le remplacer. Les arbres plantés le long des rues dépassent rarement 80 ans. Téléchargez ci-dessous le tableau des dates et adresses des travaux programmés à Paris.

La gestion des arbres parisiens repose sur une base de données, une cartographie et une application mobile pour un suivi au plus près des arbres sur le terrain. Le Service de l’arbre et des bois de la Ville de Paris a en charge la surveillance et l’entretien d’environ 200. Cette gestion, qui se distingue de celle des quelques 300. 000 arbres en massifs forestiers, s’appuie sur une application métier ayant une composante cartographique : les coordonnées de chaque arbre sont enregistrées ce qui permet de les repérer sur une carte. Améliorer la gestion des arbres d’alignement implique de suivre en temps réel l’évolution de chaque arbre.

Une base de données informatisée sur tous les arbres d’alignement de Paris est opérationnelle depuis 2001. Elle a été totalement repensée en 2014 et cette application a évolué avec les nouvelles technologies. L’Open Data du site de paris. L’Observatoire National de l’Innovation Publique a remis à la Ville de Paris le Territoria d’Or en 2014 pour son suivi des arbres parisiens au moyen de tablettes tactiles. L’arbre est un être vivant en interaction avec son environnement. Fréquemment, des arbres malades et fragiles semblent sains en apparence.

Lorsque un arbre est atteint d’une maladie incurable et facilement transmissible, l’abattre est la seule solution pour stopper l’avancée de la maladie et la contamination des arbres voisins. La surveillance des arbres de Paris est effectuée par les personnels sylvicoles de la Mairie de Paris. Un contrôle visuel est réalisé lors de chaque intervention d’entretien et à l’occasion des campagnes annuelles de marquage des arbres morts, dépérissant et dangereux. En complément, des expertises sont pratiquées à l’aide d’outils de détection des défauts internes du bois. Depuis 2014, une base de données informatisée permet de suivre en temps réel chaque arbre grâce à sa carte d’identité informatique regroupant toutes les informations concernant son entretien et son état de santé. Chaque arbre fait ainsi l’objet d’un suivi régulier qui facilite le diagnostic des arbres dangereux. Les arbres d’alignement abattus pour raisons sanitaires sont systématiquement remplacés.

Les arbres plantés à Paris sont majoritairement issus des pépinières du Centre de production horticole de la Ville de Paris. Réparti sur 44 hectares à Rungis et 20 hectares à Achères, le Centre de production horticole de la Ville de Paris consacre 30 hectares de sa surface à la production des arbres. Il fournit près de 3000 arbres qui sont plantés chaque année dans les rues, les jardins, les cimetières, les établissements scolaires et sportifs, ainsi que les 2 bois parisiens. La palette végétale est très diversifiée : près de 190 essences dont 171 feuillus et 17 conifères. Le reste des arbres plantés à Paris provient de pépinières spécialisées de France, d’Allemagne et des Pays-Bas, capables de fournir des arbres de grande taille de qualité.

La diversité spécifique est la seule réponse efficace, économique et durable aux pathologies végétales. En effet, la plupart des maladies n’attaquent qu’une seule espèce. C’est pourquoi la concentration d’arbres d’une même espèce sur un même lieu favorise la propagation des épidémies. Les enjeux liés au changement climatique imposent une adéquation de l’essence de plantation au risque d’épisodes caniculaires de plus en plus fréquents à moyen et long terme. Par ailleurs, la strate arborée doit être reliée aux autres strates, notamment en renforçant le rôle des haies et des lisières dans les deux Bois.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.