Les superstitions au Moyen Age PDF

Cet article est une ébauche concernant une commune du Bas-Rhin. Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France les superstitions au Moyen Age PDF à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.


Une sainte diffère peu d’une magicienne ou d’une sorcière. L’une a langue avec Dieu quand les deux autres font commerce avec Satan. Jeanne d’Arc ne sera-t-elle pas condamnée pour sorcellerie ? Ces êtres maléfiques ou pas, bons ou mauvais, qui savent les secrets des hommes, connaissent les herbes et parlent aux cieux inquiètent leurs contemporains et, du coup, exercent sur eux un vrai pouvoir. L’histoire des superstitions au Moyen Age s’ouvre chez les Celtes – au temps du paganisme et des idoles -, et s’achève à l’ombre des bûchers sur lesquels des sorcières furent brûlées par milliers. Les mentalités évoluent lentement. Plusieurs siècles sont nécessaires, qui voient fleurir les pratiques magiques pour conjurer un sort, changer les destins, ou concurrencer les usages religieux et le pouvoir des reliques. Historien, spécialiste des mentalités, Jean Verdon raconte ici la longue histoire de ces traditions jugées populaires mais suivies par tous, qu’écrivains, magistrats et savants n’auront de cesse de combattre, en une véritable guerre des croyances.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d’Alsace. En 2014, la population légale est de 782 habitants. Ses habitants sont les Ettendorfois, en alsacien  Addederfer . En 1193 apparaît le nom définitif Ettendorf qui subira encore des variations. Il a des origines très anciennes. Lors de fouilles archéologiques récentes, des éléments prouvant une présence humaine datés de 800 ans av.

Nos lointains ancêtres ont très certainement appartenu à la tribu des Triboques. Ettendorf était une possession impériale donnée en fief à la famille d’Ettendorf. 1610 à la famille noble de Wangen. En 1790, la commune fut incorporée au canton de Bouxwiller puis en 1801, à celui de Hochfelden.

Avant 1860, Ettendorf, 808 habitants en 1856, était un village pauvre, isolé présentant un taux de mortalité important et une population décroissante. Elle avait le souci de ses habitants les plus indigents et un profond sens de la solidarité. Après 1870, la vie du village semble aller mieux : les ressources agricoles, par le travail, sont déclarées suffisantes. La ligne de chemin de fer, construite après 1890, va définitivement désenclaver la commune et apporter un peu de richesse à ses habitants par le dédommagement des terres achetées pour cette construction et, surtout, la possibilité d’aller vendre plus loin sa production agricole. Parallèlement, ont démarré, en 2001, les travaux d’assainissement, de voirie, de réfection du réseau d’eau, de mise en terre des réseaux électrique, téléphonique et câblé.

Le village a recomposé son aménagement pour les cinquante ans à venir. Tous ces travaux se sont achevés au printemps 2007. Après un premier projet élaboré par la commune, la communauté de communes du pays de la Zorn a repris à son compte la réalisation en 2008 et 2009 d’un terrain de terrain de football synthétique avec la construction d’un nouveau club-house et des vestiaires. En 2009, la commune y a joint un terrain multi-sports et un terrain de pétanque. Article connexe : Armorial des communes du Bas-Rhin. Les données manquantes sont à compléter. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.

L’église Saint-Nabor, de style néo-classique, date de 1895. La grande croix du cimetière, datée de 1762, a été classée au registre des monuments historiques le 28 juillet 1937. Le cimetière juif, un des plus anciens d’Alsace, a été inscrit le 19 janvier 1995. Francis Mayer, né à Ettendorf le 1er septembre 1950 et décédé à Paris le 9 décembre 2006, inhumé au cimetière d’Ettendorf. Depuis le 18 décembre 2002, pour un mandat de cinq ans, il était directeur général de la Caisse des dépôts et consignations. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016. Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.

Calendrier départemental des recensements, sur insee. Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 18 décembre 2018 à 18:26.

Ce site à caractère contributif est consacré à la psychologie, aux neurosciences et à la sociologie. Les partages et travaux sont classés par dossiers à droite du site. Vous y trouverez de nombreux articles détaillés. Pour les consulter, cliquez sur « Tous les articles ». Merci aux 35000 visiteurs qui consultent ce site chaque mois. 70 psychologue 70 psychiatre 70 psychanalyste 70. 70200 lure luxeuil vesoul saint-sauveur saint-loup 70800 saulx roye 70200 faverney 70160 conflans sur lanterne.

Saône 70 psychiatre haute saône 70 port sur Saône ronchamp 70250. Après la  » grande transformation  » que décrivit Karl Polanyi en 1944, qui installa ce que l’on nomme à présent  » l’Anthropocène « , une immense transformation se produit, qui ouvre une alternative. L’immensité de la transformation en cours est liée à la fois à la vitesse de ses effets et à leur globalité. L’Anthropocène est un  » Entropocène « , c’est-à-dire une période de production massive d’entropie précisément en cela que les savoirs ayant été liquidés et automatisés, ce ne sont plus des savoirs, mais des systèmes fermés, c’est-à-dire entropiques. Un savoir est un système ouvert : il comporte toujours une capacité de désautomatisation productrice de néguentropie. Fondé sur la prolétarisation et la destruction des savoirs, le modèle de redistribution des gains de productivité par l’emploi est lui-même condamné.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.