Les Trois Grâces (Tome 2) – Possédé par la grâce PDF

Il est traditionnellement peint chauve et barbu. Naziance , dit  le Jeune , ou encore Grégoire le Théologien, né en 329 en Cappadoce et mort en 390, est un théologien et un docteur de l’Église. Les Trois Grâces (Tome 2) – Possédé par la grâce PDF d’une famille chrétienne, Grégoire fait ses études à Alexandrie puis à Athènes, où il rencontre Basile de Césarée, qui devient son ami. Il est invité à Constantinople, où il prend part à la lutte contre l’arianisme et contre les divisions de l’Église de Constantinople.


Lors d’une partie de chasse, lady Catherine Milton s’égare dans la forêt. Sauvée par Ross Dunbar, fils d’un puissant laird dont les terres bordent la frontière, elle est contrainte de passer la nuit en sa compagnie. En tout bien tout honneur. Mais lorsqu’il la reconduit à la cour le lendemain, le roi Henri, soucieux de la réputation de sa pupille, ordonne aussitôt leurs fiançailles. Catherine est horrifiée. Victime d’une malédiction, elle sait qu’elle doit faire un mariage d’amour, sinon son époux périra. Et d’amour, il ne saurait en être question entre une Anglaise et un Écossais…

L’empereur Théodose Ier impose Grégoire de Nazianze comme évêque de Constantinople. La richesse des écrits théologiques de Grégoire conduit très vite à sa reconnaissance dans toute la chrétienté. Ses œuvres sont traduites en latin, puis dans différentes langues. Il influence significativement la théologie de la Trinité tant des Pères grecs que des Pères latins.

Il devient un Père de l’Église, puis est introduit dans le bréviaire comme Docteur de l’Église par le pape Pie V en 1578. Il est vénéré tant par les catholiques que par les orthodoxes. Grégoire est ainsi destiné a priori à succéder à son père sur le siège épiscopal et reçoit sa première formation dans le cercle familial. Lors d’un voyage entre Alexandrie et Athènes, son bateau est pris dans une tempête au cours de laquelle il pense mourir. Dieu s’il survit, comme il l’explique dans ses écrits :  À toi j’étais auparavant, tien je suis maintenant. Pour toi je vivrai si j’échappe à ce danger ! Il se lie d’amitié avec Basile de Césarée, qui étudie comme lui à l’Académie.

Plus tard lors d’un concours de rhétorique, un groupe d’étudiants arméniens entend réduire au silence le nouveau venu qui est précédé par une notoriété de dialecticien doué. Dans ses écrits, Grégoire insiste sur le caractère spirituel de leurs relations. C’est leur foi en Dieu, dans une école où de nombreux païens étaient présents, qui conduit à lier les deux étudiants. Il a pour autre condisciple le futur empereur Julien dont il fait plus tard un portrait agressivement critique lorsque celui-ci encourage un retour au paganisme. Si Grégoire désire le rejoindre au nom d’une ancienne promesse, il ne peut s’exécuter. Il écrit à Basile :  J’ai manqué, je l’avoue, à ma promesse : être avec toi et vivre avec toi en philosophe, voilà à quoi je m’étais engagé dès le temps de notre séjour à Athènes, de notre amitié là-bas et de notre fusion l’un à l’autre — je ne puis employer de terme plus juste que ceux-là. Il refuse d’autant plus que cette ordination l’empêche d’appartenir à une communauté cénobitique.

Cette période est marquée par l’avènement de l’empereur Julien. Cet acte provoque un schisme au sein du diocèse pendant une courte période. Il a progressivement le rôle non officiel de vicaire général de Nazianze en 363. Dans le même temps, Basile a un rôle semblable auprès de l’évêque de Césarée, Eusèbe, avec lequel il entre désaccord, ce qui le pousse à se retirer dans son monastère. En juin de la même année, l’empereur meurt, remplacé par Jovien. En 370, l’évêque Eusèbe est mourant et Basile, qui veut le remplacer à la tête du diocèse de Césarée, cherche à obtenir l’aide de Grégoire dans cette entreprise. Basile devient alors évêque de la ville qui lui donne son nom.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.