Lettres d’Afrique, 1914-1931 PDF

Wilhelm Dinesen qui, semble-t-il, aurait été atteint de syphilis, et en conséquence se suicide par pendaison alors que Karen n’a que neuf ans, en 1895. Elle fait ses études à l’Académie royale des beaux-arts du Danemark de Lettres d’Afrique, 1914-1931 PDF, puis des études d’art à Paris et à Rome. Riche, elle rejette le mode de vie bourgeois et se tourne vers la peinture et l’écriture. Elle disait :  Je n’ai jamais tant aimé en ce monde que la peinture et l’écriture.


Les lecteurs de La ferme africaine ne manqueront pas de se réjouir de la publication des lettres que Karen Blixen a envoyées à sa famille, au Danemark, entre 1914, date d’une arrivée en Afrique qui coïncida avec son mariage, et 1931, date de son départ définitif, le cour brisé, après une série d’échecs. Ces lettres révèlent la personnalité, jusqu’ici assez secrète, de cette aristocrate aux prises avec une vie à laquelle elle n’avait nullement été préparée et qui prend au sérieux, et même au tragique, une entreprise purement commerciale à l’origine. Un gouffre se creuse peu à peu entre une femme et son entourage, une catastrophe ultime met sa vie en péril ; il devient alors urgent de préserver un sens à sa vie, au-delà des mers et du désespoir. Cette correspondance, à la fois journal intime et gazette, constitue également un document de première importance sur la vie d’une communauté blanche en terre «coloniale» à l’aube d’un XXe siècle qui va mettre en question la suprématie européenne. Témoin privilégié, Karen Blixen découvre, à sa propre stupéfaction, qu’il existe des alternatives en matière de culture. Enfin, par les recoupements qu’il permet avec La ferme africaine, ce livre est un document sur la littérature elle-même, sur ses conditions et ses nécessités.

Mais si j’avais à choisir, je ne serais ni peintre ni écrivain mais fermière. Puis Karen Blixen cesse d’écrire, devant leur peu de succès. En 1909, elle éprouve une grande passion non partagée pour son cousin germain, Hans von Blixen-Finecke, suivie d’une longue période de désespoir. En décembre 1912, elle se fiance avec le baron Bror von Blixen-Finecke, frère jumeau de son ancien amour. L’année suivante, les fiancés projettent l’achat de la plantation de café M’Bagathi, dans l’actuel Kenya, qu’ils réalisent grâce à un important investissement financier de la famille de Karen. Peu après son mariage, elle apprend que son mari lui a transmis la syphilis.

En raison de la difficulté d’un traitement sur place, Karen Blixen repart se faire soigner au Danemark en 1915. Son frère et confident, Thomas Dinesen, la rejoint pour l’aider à la plantation de 1918 à 1923. Ils divorcent en 1925, mais restent en bons termes. Les monts Ngong, où chassaient Denys Finch Hatton et Karen Blixen. En 1918, son mari lui présente l’aventurier Denys Finch Hatton, pilote de l’armée de l’air britannique et guide de safari.

Finch Hatton la quitte pour l’aviatrice britannique Beryl Markham. Il meurt dans l’accident de son avion personnel le 14 mai 1931, à 44 ans. La situation financière de l’exploitation se dégrade d’année en année. La ferme est finalement vendue, et Karen Blixen doit quitter définitivement l’Afrique en juillet 1931. Même si elle a été un peu plus tendre envers certains autres, je suis malgré tout persuadée que j’ai été l’un des favourite children de l’Afrique. Un vaste univers de poésie s’est ouvert à moi et m’a laissée pénétrer en lui ici, et je lui ai donné mon cœur.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.