Libres ensemble : L’individualisme dans la vie commune PDF

Des milliers d’expériences de création de communautés socialistes s’inscrivant dans la filiation du socialisme utopique peuvent être relevées à travers l’histoire. Le socialisme utopique tire ses racines des différentes utopies sociales écrites au cours des siècles, dont la plus célèbre, mais pas la première est celle de Thomas More. Libres ensemble : L’individualisme dans la vie commune PDF classe souvent classiquement et un peu rapidement l’ensemble des premiers socialistes parmi les socialistes utopiques.


Aujourd’hui plus que jamais s’affirme la nécessité d’une des fonctions centrales de la vie commune : apprendre le respect mutuel. Car il ne s’agit pas seulement de vivre ensemble, mais d’être libres ensemble. En effet, l’individualisme peut mener à l’atomisation de la société – chacun se repliant sur soi – si la vie commune, vécue sous le mode de la contrainte, empêche l’épanouissement personnel. Il s’agit donc de résoudre cette tension entre rester soi-même et vivre ensemble, entre l’individuel et le collectif. S’appuyant sur huit enquêtes inédites menées auprès de jeunes adultes, de couples, de personnes âgées, d’enfants et d’adolescents, Libres ensemble montre comment les personnes vivant en couple, en famille, en collectivité, mènent une double vie faite de temps personnel et de temps partagé. Chacun se retrouve ainsi à la fois seul et avec.

Royaume-Uni, entrepreneur considéré comme le premier à mettre en pratique ses idées avec la création d’une communauté de travail, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, dans les années 1810-1820. Le socialisme utopique a décliné après 1870 lorsque le marxisme s’est imposé comme l’idéologie majeure du socialisme. Aussi, la démarche analytique et certaines propositions peuvent rappeler parfois certains traits de la pensée écologiste. Le socialisme utopique diffère d’autres socialisme par sa méthode.

Il ne prône généralement pas de révolution, et ne fait pas confiance en l’action de l’État. Philanthropes, les socialistes utopiques tournent l’ensemble de leurs critiques du capitalisme autour de ses conséquences néfastes sur le développement de l’homme. L’homme est avant tout le produit de ses conditions familiales et sociales, mais aussi de son environnement : la société fait l’homme. Le socialisme utopique repose sur une vision très optimiste de l’homme : l’homme est bon par nature, ce qui implique qu’on peut faire confiance à sa raison pour faire évoluer la société et aboutir à une civilisation de la Raison et du bien-être.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.