Lubitsch ou la satire romanesque PDF

Description de l’image Ernst Lubitsch 01. Réalisateur prolifique, il a tourné lubitsch ou la satire romanesque PDF d’une cinquantaine de films en trente ans. Ernst Lubitsch est le fils d’un tailleur berlinois, Simon Lubitsch, qui tenait à Berlin un magasin de vêtements pour hommes réputé.


Il décide donc de le placer comme comptable, ce qui donne à Ernst l’occasion de mener une double vie : il travaille le jour et se consacre à sa passion théâtrale la nuit. Par l’intermédiaire de Victor Arnold, acteur fort connu de l’époque, Lubitsch obtient divers petits engagements dans des cabarets. Paul Davidson, dirigeant de l’Union-Film, dans laquelle il crée le personnage de  Meier , archétype du comique juif allemand. En 1914, les scénaristes sont à court d’idée, mais Lubitsch n’en manque pas. Aussi prend-il désormais la triple casquette d’acteur-réalisateur-auteur. Cet arrangement qui diminue les effectifs satisfait Davidson, qui offre à Lubitsch une augmentation de salaire.

Au cours des quatre années de guerre, Lubitsch monte de nombreux films, prompts à relever le moral de la population allemande, et délaisse de plus en plus les premiers rôles : il se contente des seconds. Ce succès lui permet de réaliser ses propres films à partir de 1916. Il abandonne alors sa carrière d’acteur. Après un premier séjour infructueux aux USA en 1922, il quitte l’Allemagne en 1923, à l’âge de trente ans, pour rejoindre Hollywood sur l’invitation de Mary Pickford. Elle veut qu’il la dirige dans Dorothy Vernon of Haddon Hall. En 1935, le régime nazi le déchoit de sa nationalité allemande. La même année, il devient directeur des productions de la Paramount, seul réalisateur hollywoodien à diriger un grand studio.

Ils ont une unique fille, Nicola Lubitsch, née le 27 octobre 1938. En 1936, la Paramount le relève de ses fonctions de directeur des productions, et il redevient réalisateur à plein temps. La même année, il est naturalisé citoyen américain. Dans cette période, Lubitsch réalise ses films les plus connus, tous des comédies. La Dame au manteau d’hermine qui est achevé par Otto Preminger.

Il existe de nombreuses affinités et liens d’amitié réciproque entre Ernst Lubitsch et la France. Déjà en 1936, lors du tournage de La Huitième Femme de Barbe-Bleue, Lubitsch avait été gratifié de la Légion d’honneur. Si la France aime Lubitsch, force est de constater qu’en retour, Lubitsch aime la France. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. La musique joue un rôle fort important chez Lubitsch, en tant que suppléante de la parole, par essence surface conventionnelle. Il existe en fait plusieurs compositeurs attitrés de Lubitsch : le premier est Oscar Straus, un auteur d’opérettes contemporain de Franz Lehár. Un prix Ernst Lubitsch a été créé en Allemagne en 1957, le Ernst-Lubitsch-Preis, prix attribué à un film par la critique.

Le bâtiment des réalisateurs aux studios Paramount a été nommé Ernst Lubitsch en 1987. Ernst Lubitsch est d’abord acteur puis réalisateur. 1913 : Meyer auf der Alm de Max Bahr, avec E. 1914 : Die Firma heiratet de Carl Wilhelm, avec E. 1914 : Fräulein Seifenschaum de et avec E. 1914 : Meyer als Soldat avec E.

1915 : Aufs Eis geführt de E. 1915 : Arme Marie de Max Mack, avec Hanni Weisse, E. 1915 : Zucker und Zimt d’Ernst Matray et E. 1915 : Ein verliebter Racker de Franz Hofer, avec Dorrit Weixler, E. 1915 : Sein einziger Patient ou Der erste Patient de E.

1915 : Der letzte Anzug de et avec E. 1915 : Der schwarze Moritz de Georg Jacoby, avec E. 1916 : Wie ich ermordet wurde de Louis Ralph, avec E. Als ich tot war ou Wo ist mein Schatz? 1916 : Doktor Satansohn d’Edmund Edel, avec E. 1916 : Der gemischte Frauenchor avec E.

1916 : Das schönste Geschenk avec E. 1918 : Der Fall Rosentopf, avec Ferry Sikla, Margarete Kupfer, E. 1918 : Meyer aus Berlin, avec E. 1930 : Paramount on Parade coréalisateurs : Frank Tuttle, Edmund Goulding, A. Deburau, 1923 : Lubitsch pensait à une adaptation de la pièce de Sacha Guitry, pour son premier film américain.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.