Médecine de l’adolescent PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Une lésion est un terme générique médecine de l’adolescent PDF en médecine pour désigner toute altération des caractères anatomiques ou histologiques d’un organe, qui se trouve alors dans un état anormal.


La médecine de l’adolescent a pour objet de soins un individu qui tente de devenir le sujet de son corps et de sa vie et dont les besoins médicaux sont sous l’influence directe o indirecte d’une dynamique de transformation tant corporelle que psychique. La médecine de l’adolescent ne peut se réduire à la simple juxtaposition d’éléments de médecine de l’enfant et de l’adulte, de médecine somatique et de médecine psychiatrique. L’espace médical « élargi » dont elle se prévaut tire son efficacité de l’intégration de savoirs et de savoir-faire issus de champs différents. De conception pratique, cet ouvrage couvre les principaux domaines de la clinique de l’adolescent: l’adolescence, la puberté et la sexualité, la consultation médicale, la souffrance psychique et les pathologies psychiatriques, les maladies somatiques de long cours (revue de 15 maladies chroniques), les conduites d’essai et les conduites à risque (accidents, traumatismes crâniens, pathologies liées à l’environnement scolaire, consommations de produits, grossesses précoces, violences agies et subies), les approches thérapeutiques, les droits et lé réglementation en travail médico-psychosocial. Premier ouvrage français du genre, écrit par un pédiatre et un psychiatre associés de longue date dans l’enseignement de la médecine de l’adolescent, il est le fruit de leur expérience clinique, enrichie des contributions d’auteurs de diverses spécialités.

L’étude des causes des lésions constitue l’étiologie. Les lésions sont visibles morphologiquement à l’œil nu ou au microscope et forment des anomalies morphologiques, qui peuvent être qualitatives ou quantitatives. Au cours de tout phénomène pathologique, les cellules, tissus et organes peuvent être l’objet d’altérations élémentaires, appelées  lésions élémentaires , qui correspondent aux altérations morphologiques d’une structure organique considérée isolément. En neurosciences du comportement, des lésions sont parfois infligées à des régions précises du cerveau d’un animal de laboratoire pour déterminer le rôle de cette région dans la cognition. De telle lésions peuvent être réversibles, lorsqu’elles sont causées par un refroidissement local de la région cérébrale.

Suivant la gravité et l’origine, un traitement médical est nécessaire ou non. Une lésion peut aussi faire office de traitement médical lorsque, par exemple, on procède à l’exérèse chirurgicale d’une région du cerveau responsable de crises d’épilepsie à répétition. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 27 décembre 2018 à 15:40.

Elle établit une correspondance systématique avec la CIM-10. Cependant, cette correspondance n’est pas absolue, en particulier dans le cas de l’autisme, classé comme  psychose  dans la CFTMEA. La notion centrale de ce système qui se distingue en cela des classifications adultes, c’est que  l’enfant ne renvoie pas à un état constitué. 41 Troubles thymiques de l’adolescent 1. 0 Troubles de la parole et du langage 6.

01 Troubles du développement du langage 6. 1 Troubles cognitifs et des acquisitions scolaires 6. 1 Troubles des conduites alimentaires 7. 3 Troubles liés à l’usage de drogues ou alcool 7.

5 Troubles de l’identité et des conduites sexuelles 7. 7 Autres troubles caractérisés des conduites 7. Facteurs renvoyant aux conditions d’environnement, tels que la carence affective, éducative, sociale et culturelle ainsi que les mauvais traitements et les négligences. Il existe une controverse concernant la catégorie  autisme , classée dans les psychoses par la CFTMEA et dans les troubles psychiques par le DSM. Ramus y soulignait que les connaissances scientifiques et médicales sont internationales, que les classifications diagnostiques doivent être basées sur ces connaissances, et que par conséquent il serait absurde d’avoir une classification diagnostique nationale en psychiatrie s’appuyant sur une science franco-française. Franck Ramus sur son blog, qui se prononce lui en faveur de l’emploi de la classification de l’OMS, la CIM. Mises R, Quemada N, Botbol M, Burzsteijn C, Thevenot JP et al.

Manuel de psychiatrie clinique et psychopathologique, Ed. Claude Wacjman, Clinique institutionnelle des troubles psychiques : Des enfants autistes à ceux des ITEP, Toulouse, Érès, coll. Autisme : état des lieux et horizons, Érès, coll. Les troubles psychotiques chez l’enfant et l’adolescent, Érès, coll.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.