Métaphysique des tubes PDF

1999 gepubliceerde autobiografische roman van de Franstalige Belgische schrijfster Amélie Nothomb. Deze roman beschrijft het Japanse systeem van werkverhoudingen in grote firma’s waarin niet alleen métaphysique des tubes PDF werknemers perfectie wordt geëist, maar waarin ook wrede behandelingen als uitsluiting en belediging geduld worden.


 » A trois ans, on est un Martien « , écrit Amélie Nothomb. Et avant ? Cette question métaphysique, peu de Lecteurs se la sont posée… Métaphysique des tubes est le récit d’une  » aventure fondatrice  » : celle qui conduit ta narratrice à reconstituer les trois premières années de son existence, à combler par l’imaginaire une mémoire confuse, sinon improbable. Ce roman remonte dans la genèse de l’identité  » japonaise  » de l’auteur et propose un étonnant récit d’enfance : celui d’une petite fille qui se métamorphose, questionne le monde et s’émerveille devant sa beauté paradoxale, fragile. Ce texte, riche et souvent drôle, est l’occasion d’aborder la complexité du genre autobiographique dans sa relation entre le réel et ta fiction, mais aussi de réfléchir à la construction poétique d’une personnalité et à la place qu’y tient le langage. L’appareil pédagogique est suivi d’une d’Amélie Nothomb.

Soms worden die straffen, zoals bij Amélie het geval was, ingezet om iemand weg te pesten zonder hem zelf te moeten ontslaan. Nothomb maakt ook diverse bespiegelingen in het boek over de positie van de Japanse vrouw. Tu as pour devoir d’être belle. Tu as pour devoir d’avoir des enfants. Het is je plicht om mooi te zijn. 25 jaar oud bent, je vervaldag. Het is je plicht om kinderen te krijgen.

Ze besluit haar bespiegeling op p. C’est pourquoi je proclame ma profonde admiration pour toute Nipponne qui ne s’est pas suicidée. Daarom druk ik mijn diepe bewondering uit voor elke Japanse die geen zelfmoord heeft gepleegd. Amélie is een Franstalig Belgisch meisje dat de eerste vijf jaar van haar jeugd doorbracht in Japan.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.