Maurice Blanchot, premier témoin PDF

Il maurice Blanchot, premier témoin PDF reste jusqu’à ses cinq ans. Au commencement de la Seconde Guerre mondiale, il est évacué à Toulouse, puis à Marseille.


Il apparaît également à la télévision où son sens de l’humour et ses reparties sont très appréciés. 1952, celui-ci le choisit comme parrain de son fils, Jacques. En 1966, il publie Faut l’faire, aux éditions Solar. Il s’agit d’une petite anthologie des aphorismes et bons mots dont il était friand. Cet ouvrage rencontre un succès immédiat auprès du public. En 1967, il chante La Petite en duo avec France Gall. En 1968 il publie un deuxième recueil d’aphorismes sous le titre Allons-y gaiement, toujours édité par Solar.

C’est aussi l’un des artistes les plus sollicités, après Jean Valton, pour réaliser des disques publicitaires, alors très en vogue. Il participa à plusieurs émissions de télévision et notamment aux Jeux de 20 heures, entre 1976 et 1981. Maurice Biraud meurt alors qu’il est au volant à Paris, et attend à un feu rouge, avenue Marceau. L’annonce de sa mort a été quelque peu éclipsée par celle de Louis Aragon, décédé le même jour.

Il était marié avec la comédienne Françoise Soulié. Maurice Biraud, qui a beaucoup aimé Collonges-la-Rouge où il avait acheté et restauré trois maisons, est enterré dans le cimetière de cette petite commune de la Corrèze, située à environ 20 km au sud de Brive. 1979 : C’est dingue, mais on y va ! 1954 : L’Homme qui était venu pour dîner de George S.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.