Monsieur Chouchani, énigme. Les Maître du XXe siècle PDF

Issu d’une famille hassidique, il est déporté en 1944 dans le cadre de la politique d’extermination systématique des Juifs à Auschwitz puis Buchenwald. Sighet – La maison natale, aujourd’hui maison commémorative d’Elie Wiesel. Il y perdra sa mère et la plus jeune de ses trois sœurs, gazées dès leur arrivée, puis son père, avec lequel monsieur Chouchani, énigme. Les Maître du XXe siècle PDF avait passé tout son temps en déportation. Ainsi commence une longue œuvre littéraire.


Devenu citoyen américain en 1963, il obtient une chaire en sciences humaines à l’université de Boston. Il a entre autres soutenu la cause des Juifs d’Union soviétique. Ils ont un fils, Elisha qui a 2 enfants, Elijah et Shira. Il fonde en 1980 le conseil de l’Holocauste américain, et dénonce cinq ans plus tard la visite de Reagan au cimetière militaire allemand de Bitburg.

Centre d’histoire de la résistance et de la déportation le 15 octobre 1992. Srebrenica, habitée principalement par une population musulmane et qui était assiégée par les forces serbes de Bosnie menées par le général Ratko Mladić. Il préside, à partir de sa création en 1993, l’Académie universelle des Cultures. Il a reçu, en 2005, le Prix Lumière de la vérité pour son action en faveur des Droits de l’Homme et du peuple tibétain.

Ses œuvres ont également reçu plusieurs prix littéraires. En octobre 2006, le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, lui propose le poste de président de l’État d’Israël, en remplacement de Moshe Katsav. La même année, il prend la tête du conseil d’administration d’Elad, un groupe de colons israéliens d’extrême droite gérant un parc archéologique situé en plein cœur du quartier palestinien de Silwan à Jérusalem. Elie Wiesel se défend en affirmant :  Je ne me mêle jamais de la politique intérieure d’Israël. Titulaire de la médaille d’or du Congrès américain, il reçoit le prix Nobel de la paix en 1986.

En 1998, il est nommé  Messager de la paix  des Nations unies. Le président américain, Barack Obama, salue la mémoire d’un  ami , de  l’une des grandes voix morales de notre temps, et, à bien des égards, la conscience du monde . Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, déclare  Elie Wiesel a passé sa vie au service de l’humanité, gardant vivante la mémoire de l’horreur de l’holocauste. En France, le président de la république, François Hollande, rend hommage à un  grand humaniste, inlassable défenseur de la paix . Le même historien écrit toutefois dans un ouvrage édité en 1995 :  Le premier livre qui m’ait vraiment appris ce qu’était le camp d’Auschwitz fut La Nuit, d’Elie Wiesel, livre publié en 1958 aux Éditions de Minuit. Il se trouve que je déteste l’œuvre d’Elie Wiesel, à la seule exception de ce livre. C’était pour moi une raison supplémentaire de le mentionner.

Dans son ouvrage L’Industrie de l’Holocauste, Norman G. Wiesel a écrit de nombreux articles dans des journaux en yiddish, non publiés en volumes. 2007 avec une nouvelle préface d’Elie Wiesel. Le Jour, roman, éditions du Seuil – 1961. La Ville de la chance, roman, éditions du Seuil – 1962, Prix Rivarol 1964.

Les Portes de la forêt, roman, éditions du Seuil – 1964. Le Chant des morts, nouvelles et textes, éditions du Seuil – 1966. Les Juifs du silence, témoignage, éditions du Seuil – 1966. Le Mendiant de Jérusalem, roman, éditions du Seuil – 1968, Prix Médicis 1968. Zalmen ou la folie de Dieu, théâtre, éditions du Seuil – 1968.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.