Mozart et ses Opéras : Fiction et Vérité PDF

Page de couverture de l’édition originale du livret. Air de Pamina  Ach, ich fühl’s, es ist verschwunden! Mozart sur un livret d’Emanuel Schikaneder. Du fait de son succès, la 100e représentation est atteinte un mozart et ses Opéras : Fiction et Vérité PDF plus tard.


Qu’il soit à l’écoute du sociologue ou du psychologue, de l’homme de théâtre ou du musicien, notre contemporain interroge passionnément l’opéra de Mozart. Car il est tout cela aussi, le plus pur compositeur longtemps comparé à Raphaël, et qui se profile là entre Shakespeare et Marivaux. Comme eux, il a traversé les siècles en réfléchissant toujours quelque chose des temps nouveaux. Son sens aigu de ce qu’il nomme l' »effet » dramatique se manifeste avec une telle exigence dans la collaboration avec ses librettistes qu’il transfigure même les plus doués d’entre eux. Et, pour lui comme pour Goethe, il semble que toute contrainte se mue en promesse de liberté.

C’est dans cet opéra que l’on entend le célèbre air de la Reine de la Nuit et plusieurs autres airs ou chœurs, comme l’air de l’oiseleur, le duo de Tamino et Pamina, les deux airs de Sarastro, dont l’un avec chœur, etc. Dans une simplicité à la fois profonde et déjà presque surnaturelle, c’est par un enchaînement ascendant de trois accords, entrecoupés de courts silences, que débute son premier volet, joué adagio. L’Allegro qui succède sans interruption à cet Adagio expose un thème vif, léger et joyeux sans être désinvolte, sachant aussi devenir majestueux et porteur d’une tension dramatique : il est d’abord exposé aux violons, avant de nourrir toute la polyphonie. La brève coda est immédiatement suivie du premier acte. Alors qu’il s’évanouit, sûr de mourir, il est sauvé par les trois dames d’honneur de la Reine de la nuit.

Pendant que le prince est encore évanoui, les trois dames chantent la beauté du jeune homme. Elles décident d’aller porter la nouvelle à leur reine, mais chacune d’elles veut rester près de Tamino proposant aux deux autres de porter le message. Le prince se réveille et voit le corps inanimé du monstre. Il se cache et voit arriver Papageno l’oiseleur. Au cours de leur premier dialogue, Papageno se vante d’avoir tué le serpent.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.