Naissance d’un château fort PDF

Charles VII le fit démanteler et détruire en partie en 1378. Jacques de Brézé, également grand sénéchal de Normandie, succéda à son père Naissance d’un château fort PDF de Brézé, tué en 1465 à la bataille de Monthléry.


Le roi François 1er nomma en 1530 Diane de Poitiers, très en vue à la cour, préceptrice de son second fils, le futur roi Henri II. Connaisseuse en art, elle s’assura la collaboration des meilleurs artistes de son temps, l’architecte Philibert Delorme, le sculpteur Jean Goujon, le peintre Jean Cousin. L’édifice qu’ils réalisèrent comportait trois corps de bâtiments, disposés en  U , face à l’entrée, autour d’une cour d’honneur. En arrière de chacune des ailes, une cour latérale desservait des dépendances. Dans la cour ouest, sur la droite, étaient les restes de l’ancien château de Charles le Mauvais et de Louis de Brézé avec au centre une fontaine. Qui la font estimer des maisons la plus belle. Le nouveau roi, Henri II, en décida autrement et les fit placer, dès 1552, dans des boiseries de la chapelle du château d’Anet.

Ils sont aujourd’hui au musée des beaux-arts de Chartres. A Diane de Poitiers, décédée en 1566, succède sa fille, Louise de Brézé, épouse de Claude de Lorraine, duc d’Aumale. En 1576, lorsqu’il épouse Marie de Lorraine d’Elbeuf, leur fils Charles de Lorraine, duc d’Aumale, reçoit Anet de sa mère. Ces derniers laissent pour héritière leur fille unique, Françoise de Lorraine Mercœur qui apporte Anet par mariage en 1609 à César de Bourbon, duc de Vendôme. Y fut placée une série de huit bustes d’empereurs romains dont on perd la trace après la vente de janvier 1798. Le duc et la duchesse de Vendôme décèdent l’un et l’autre en 1667, laissant Anet à leur fils, Louis de Bourbon, duc de Vendôme, mort à son tour en 1669. Louis de Bourbon Vendôme a pour successeur son fils, Louis Joseph de Bourbon, duc de Vendôme, mort sans postérité en 1712.

Ce dernier laisse Anet à sa veuve, Marie de Bourbon Condé, fille d’Henri Jules de Bourbon, prince de Condé. Celle-ci décède en 1718, laissant Anet à sa mère, Anne de Bavière, princesse de condé, décédée en 1723. La gravure de Rigaud montre quatorze autres bustes ornant le mur extérieur du bâtiment principal face au jardin. Bibliothèque de Chartres et à la Société archéologique d’Eure-et-Loir, et quatre peut-être de même origine dans une collection Champagne, à Dreux. C’est dans ce cadre somptueux qu’en 1688 le Dauphin fut reçu à Anet avec grand luxe. En 1723, la huitième fille de la princesse de Condé, dont le patrimoine était resté indivis pendant neuf ans, Louise-Bénédicte de Bourbon, duchesse du Maine, hérite d’Anet. Le règlement de cette succession fit vendre la bibliothèque, dont 171 manuscrits sur vélin ayant appartenu à Diane de Poitiers, qui y étaient conservés depuis sa mort.

A la Révolution, le duc de Penthièvre n’émigre pas. En 1793, il meurt dans son lit dans son château de Bizy, laissant ses domaines à sa fille, Louise Marie Adélaïde de Bourbon, duchesse d’Orléans. Cinq semaines plus tard, ses biens sont confisqués par la Nation. Le château d’Anet, placé sous séquestre, reste sans entretien. En 1794, le mobilier est mis en vente à l’encan. Le 10 juin 1795, Moulins, commissaire de la Sûreté Générale, fait procéder à la profanation du tombeau de Diane de Poitiers.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.