Nana PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cette œuvre a longtemps nana PDF l’édition de poche de Nana.


Née en 1852 dans la misère du monde ouvrier, Anna Coupeau dite Nana est la fille de Gervaise Macquart et de Coupeau dont l’histoire est narrée dans L’Assommoir. Son ascension commence avec un rôle de Vénus qu’elle interprète dans un théâtre parisien : elle ne sait ni parler ni chanter, mais l’habit impudique qui cache si peu de son corps de déesse affole tous les hommes. Elle se met un moment en ménage avec un homme qu’elle aime, le comédien Fontan. Après avoir épuisé toutes ses économies, elle acceptera la manne financière proposée par Muffat qui désire par-dessus tout en faire sa maîtresse exclusive. Mais cette liaison le mènera au bouleversement total de son être, de ses convictions dévotes, de son comportement probe et de ses principes intègres. Nana atteint le sommet de sa gloire lors d’un grand prix hippique auquel assistent Napoléon III et le tout-Paris.

Une jument, nommée Nana en son honneur par son amant le comte Xavier de Vandeuvres, remporte la course. Tout l’hippodrome scande alors  Na-na , dans un délire tournant à la frénésie. Le comte de Vandeuvres, accusé de tricherie devant la victoire suspecte car trop improbable de sa pouliche, se suicide en mettant le feu à ses écuries. Philipe Hugon est emprisonné après que ses vols dans la caisse de sa caserne ont été découverts.

Son frère Georges se suicide chez Nana, après avoir compris qu’elle couchait aussi avec Philippe depuis plusieurs mois. Le comte Muffat se retrouve ruiné et endetté. Accablée de dettes contractées malgré la ruine de ses amants, comprenant qu’elle ne peut pas continuer une telle fuite en avant, elle quitte Paris après avoir vendu aux enchères tous ses biens, sauf son précieux et symbolique lit. Plus personne ne sait rien d’elle pendant plusieurs mois, jusqu’au moment où elle regagne la capitale pour aller au chevet de son fils atteint de la petite vérole. Son fils la contamine et elle tombe à son tour très malade. La nouvelle de son retour se propage comme une traînée de poudre et ses anciens courtisans accourent dans son antichambre. Nana d’Édouard Manet, tableau de 1877.

Margaret Armbrust Seibert,  Nana : une autre source , Cahiers Naturalistes, 1999, no 73, p. Diversités des réalismes européens : Convergences et différences, St. Per Buvik,  Nana et les hommes. Les Cahiers Naturalistes, 1975, no 49, p. Clark,  Nana ou l’envers du rideau.

Les Cahiers Naturalistes, 1973, no 45, p. The Metaphorical Web in Zola’s Nana , University of Toronto Quarterly, 1978, no 47, p. Daniel Delas,  Étude de vocabulaire : Les Unités de compte dans Nana , Les Cahiers Naturalistes, 1968, no 35, p. Les Voix de Nana : Refoulement et rejaillissement de la sexualité , Excavatio, Fall 1993, no 2, p. Anna Gural-Migdal,  Nana, figure de l’entre et de l’autre , L’Écriture du féminin chez Zola et dans la fiction naturaliste, Bern, Peter Lang, 2003, p.

Jean-Michel Lanskin,  Cocottes à la ville et colombes aux champs : Dichotomie spatiale dans La Dame aux camélias et Nana ou l’écologie de deux demi-mondaines , French Literature Series, 1995, no 22, p. Lintz,  De ‘Nox’ à ‘Lux’ : parcours parodiques hugoliens dans Nana , Excavatio, 2000, no 13, p. Lowe, The Fictional Female: Sacrificial Rituals and Spectacles of Writing in Baudelaire, Zola, and Cocteau, New York, Peter Lang, 1997. Lowe,  Writing the Feminine in Zola , Excavatio, mai 1992, no 1, p. Lundin,  Sleaze and Slime: Humidité and Liquidité in Zola’s Rougon-Macquart , Excavatio, Winter 1993, no 3, p. Valerie Minogue,  Nana: The World, the Flesh and the Devil , The Cambridge Companion to Zola, Cambridge, Cambridge UP, 2007, p.

Leslie Ann Minot,  Women and the Commune: Zola’s Revisions , Excavatio, 1997, no 10, p. Ann-Marie Eva Nilsson,  Deux Parisiennes à la campagne : Le Paradis retrouvé de Rosanette et de Nana , Utah Foreign Language Review, 1992-1993, no 70-80. Alain Pages,  Rouge, jaune, vert, bleu : étude du système des couleurs dans Nana , Cahiers Naturalistes, 1975, no 49, p. Katrina Perry,  Containing the Scent: ‘Odor di femina’ in Zola’s Nana , Cincinnati Romance Review, 1991, no 10, p. Maryse Rochecouste,  Images catamorphes zoliennes: Deux chapitres de Nana , Les Cahiers Naturalistes, 1986, no 60, p. Karl Rosen,  Émile Zola and Homosexuality , Excavatio, Fall 1993, no 2, p. Eléonore Roy-Reverzy,  Nana, ou l’inexistence : d’une écriture allégorique , Cahiers Naturalistes, 1999, no 73, p.

The Novel: Volume 2: Forms and Themes, Princeton, Princeton UP, 2006, p. Tintner,  What Zola’s Nana Owes to Manet’s Nana , Iris: Notes in the Hist. Art, décembre 1983, no 2: 8, p. Valis,  The Presence of Nana in Clarín’s ‘La mosca sabia’ , LA CHISPA ’83: Selected Proceedings, New Orleans, Tulane Univ.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.