Nicolas de Staël. Un automne, un hiver PDF

Sa peinture est en constante évolution. Refusant les étiquettes et les courants, tout comme Georges Braque qu’il admire, il nicolas de Staël. Un automne, un hiver PDF avec acharnement, détruisant autant d’œuvres qu’il en réalise.


A l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de Nicolas de Staël, le musée Picasso d’Antibes a souhaité consacrer sa manifestation de l’été 2005 à ce grand peintre. Cette exposition réalisée avec la proche collaboration de la famille de l’artiste et à l’aide de collections publiques et privées est intitulée Nicolas de Staël, un automne, un hiver car elle présentera le dernier ensemble de peintures et d’oeuvres sur papier réalisé à Antibes par l’artiste entre octobre 1954 et le 16 mars 1955, date de son suicide. Le catalogue mettra en lumière ces quelques mois en documentant le plus possible le séjour de l’artiste à Antibes. Des essais de Daniel Abadie qui proposera de « re-voir » De Staël aujourd’hui, de Federico Nicolao qui soumettra une réévaluation du rapport abstraction/figuration de l’oeuvre ultime de l’artiste, la correspondance de Nicolas de Staël, un texte de Valentine Marcadé sur l’oeuvre de Nicolas de Staël, inédit en français, et commenté par Jean-Claude Marcadé, un texte de John Richardson inédit en français, cerneront de plus près l’ultime explosion de couleurs que connaît l’art de Nicolas de Staël à la veille de sa mort, en dépit de sa difficulté à se réaliser dans sa peinture. 147 tableaux et de nombreuses oeuvres sur papier verront ainsi le jour en moins de cinq mois, à Antibes, à deux pas du musée qui lui consacre cet ouvrage. La correspondance de Nicolas de Staël à partir de l’été 1954, une biographie et une bibliographie sélective complèteront l’ouvrage. Les Auteurs : Federico Nicolao Écrivain, philosophe et commissaire d’exposition. Fondateur et directeur de la revue Chorus una costellazione, traducteur de nombreux auteurs en italien (Jean-Christophe Bailly, Edmond Jabès, Alain de Libera, Philippe Lacoue-Labarthe, Roger Laporte, Tomas Maia, Jean-Luc Nancy). Directeur de programme au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 2004 pour le cycle discursif d’ouverture au Couvent des Cordeliers, il collabore depuis quelques années à plusieurs projets d’artistes avec Laura Erber, Koo Jeong-A, Eryk Rocha, Raphael Thierry. Auteur, entre autres, de : La medesima ombra (Paris, 2004), Sur fond de ciel [autour de l’oeuvre de Koo Jeong-A] (Paris, Rome, 2002), Oggi è la notte (Bordeaux, 2001). Daniel Abadie a été successivement conservateur au Musée National d’Art Moderne et directeur du musée du Jeu de Paume à Paris. Il a été le commissaire de nombreuses expositions dont Magritte, 2003 ; Jean Dubuffet, 2001 ; Georges Pompidou et la Modernité, 1999 ; Gérard Singer, 1995 ; Alechinsky, toiles, grès et porcelaines, 1995. Il a participé à la rédaction du texte du catalogue de l’exposition Magnelli, publié chez Hazan en 2004.

Dans sa frénésie de peindre il côtoie sans cesse l’abîme, trouvant des accords que nul autre avant lui n’avait osé tenter. Nicolas de Staël meurt à 41 ans en se jetant de la terrasse de l’immeuble où il avait son atelier à Antibes. Il est enterré au cimetière de Montrouge. 1970, selon Marcelin Pleynet et Michel Ragon, ou encore dans la catégorie de l’art informel selon Jean-Luc Daval. Forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg où est né Nicolas de Staël.

Il devient général major, vice-commandant de la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg en 1908, jusqu’en 1917. C’est un homme pieux et austère. Sa mère, Lioudmila von Lioubov Berdnikova, est plus jeune que son mari de vingt-deux ans. 1917, comme de nombreux Russes blancs, la famille est contrainte à l’exil. Les parents de Nicolas de Staël meurent en 1919 après s’être installés en Pologne. Emmanuel Fricero était attaché naval à l’ambassade de Russie à Londres. Sa femme Charlotte est présidente de la Croix-Rouge.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.