Objectif Six Sigma : Révolution dans la qualité PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Objectif Six Sigma : Révolution dans la qualité PDF roue de Deming illustre le processus d’amélioration continue, l’un des principes fondamentaux du management de la qualité.


La méthode Six Sigma vise à améliorer la performance et l’efficacité de l’entreprise afin d’en accroître les profits. Basée sur les statistiques, elle a pour préoccupation première la satisfaction du client, qu’il soit externe ou interne à la société.
Mis au point à la fin des années 80, le Six Sigma a été pour la première fois appliqué de façon globale dans une des plus grandes entreprises mondiales, General Electric, à l’initiative de son patron charismatique, Jack Welch. Depuis, elle s’est développée dans de nombreux domaines : fabrication, services, enquêtes, etc.
George Eckes, qui a implanté le Six Sigma chez General Electric, s’adresse ici aux managers. Il leur montre comment initier et entretenir un processus Six Sigma dans une organisation et met l’accent sur les aspects stratégiques, managériaux et culturels de la méthode.
Toujours clair, souvent drôle, l’auteur s’appuie sur de nombreux cas réels pour présenter toutes les étapes de la mise en œuvre du Six Sigma et se penche sur la création d’une infrastructure adéquate. Il détaille également les résistances culturelles que l’on peut rencontrer lors d’une telle opération, ainsi que les raisons d’échec du Six Sigma et les moyens de les éviter.
Objectif Six Sigma constitue un guide dont la lecture, ne requérant aucune connaissance mathématique particulière, éclairera les cadres dirigeants souhaitant en savoir plus sur la méthode qui a bouleversé le monde de la qualité.

Selon l’ISO 9000, la qualité peut être définie comme l’ aptitude d’un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences . Le management de la qualité est transversal à toute l’organisation, dont la direction en définit la politique. Le management de la qualité permet a priori d’améliorer la qualité et donc de satisfaire les besoins exprimés ou non des clients ou utilisateurs. Cette qualité est relative, car elle est fonction des exigences de clients et aussi des parties prenantes internes et externes de l’entreprise, ainsi que de la prise en compte des risques de toute nature. La qualité, au même titre que n’importe quelle activité dans une entreprise a un coût, mais qui est censé réduire le coût de la non-qualité.

L’industrie a cherché à développer les meilleures méthodes pour améliorer la qualité. Provenant essentiellement du Japon et des États-Unis, ces méthodes sont rassemblées aujourd’hui dans un corpus bien défini et ont désormais une portée mondiale. Dans le cadre de la Qualité totale, les parties prenantes sont : les clients, les fournisseurs, les actionnaires, les salariés et la société en général. L’histoire du management de la qualité s’inscrit dans l’histoire du management. Les civilisations se sont donc d’abord appuyées sur l’art et l’artisanat pour faire vivre et progresser la qualité des productions au sein des sociétés. Divers états américains ont mis en place dès les années 1990 des organisations dédiées à la qualité de l’environnement. Les normes ont progressivement intégré les attentes de la société civile : risques globaux, changement climatique, etc.

Il est facile d’en consulter sur le Net. En première étape, l’exigence de description des process semblait ne devoir s’appliquer qu’à l’industrie. Des travaux sont en cours pour formaliser un cadre de normalisation cohérent, à la fois sur le plan industriel et sur le plan de la gestion de l’information. L’organisation international de normalisation ISO, décline en 7 principes de management la qualité aussi bien pour l’ISO 9001 mais aussi pour les normes connexes.

Ces 7 principes permettent à un organisme de structurer son organisation, ses processus, les activités en les prenant en compte. Ils sont un guide qui vient compléter les exigences normatives en les explicitant. L’approche système » a été supprimée en tant que principe. Il persiste tout de même dans la notion d’approche processus.

Ingénieur réalisant un contrôle qualité dans une usine de traitement de l’or. Les outils complexes utilisés dans les domaines de l’ingénierie, de la logistique, de la métrologie, des statistiques, par les services de planification et de méthode Ces outils ont souvent été créés au début du siècle dernier. Les outils simples d’aide à la réflexion, à l’analyse, à la méthode, utilisables par tout public sans formation particulière. 1977, de 7 outils « tout public » sélectionnés pour la simplicité de leur utilisation. Ces outils ont été dénommés les « 7M ».

Il est possible de vérifier la performance à partir d’une carte de contrôle. Cette méthode a été lancée par les qualiticiens Juran et Shewhart à la société Bell Telephone en 1925. PDCA, dont elle est une version améliorée. Le schéma fonctionnel représente les interactions entre différentes unités de travail. Il montre par exemple comment les services fonctionnels à orientation verticale influent sur un processus à orientation horizontale mis en œuvre au sein d’une organisation. Project Evaluation and Review Technique, litt. Stratification : présentation permettant la lecture simultanée de données compilées de natures et sources diverses, mettant en évidence leurs variations singulières, leurs influences respectives, l’impact du contexte, et ce pour donner une vision d’ensemble du mode de fonctionnement d’un système et de ses variables.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.