Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient PDF

Description de l’image Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient PDF chloris distribution map. L’adulte mesure entre 14 et 15 cm de longueur et pèse entre 25 et 35 g. Il est trapu avec une grosse tête et un bec un peu épais de couleur corne. Les yeux sont marron foncé et les pattes brun gris clair.


Le mâle est vert jaune olivâtre avec des taches jaunes vives sur les ailes et sur sa queue fourchue au niveau des rectrices externes. Il a aussi des taches jaunes moins vives sur la tête, le ventre et les flancs. La femelle est plus sombre et moins verte que le mâle, un peu plus grise et ses taches jaunes sont moins nettes que celles du mâle. Il faut prêter garde à ne pas confondre un jeune verdier d’Europe avec un jeune roselin cramoisi.

On le trouve dans tout le paléarctique occidental et dans certains endroits d’Asie centrale. Il a été introduit dans certains pays d’Amérique du Sud, tels qu’en Argentine et en Uruguay, en Macaronésie et dans le sud-est de l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Son habitat se compose d’une mosaïque de milieux : les lisières de forêts de feuillus et de conifères, les boisements clairsemés, les boqueteaux, les régions bocagères, les zones buissonneuses, les haies autour des champs, la végétation arbustive entourant les plans d’eau, les bosquets, les fourrés, les zones cultivées mais aussi les plantations, les vergers, les parcs, les jardins, les cimetières et même les villes. Il chante souvent perché sur un arbre ou pendant son vol. Lors de son vol nuptial ses chants à répétitions sont des cris combinés avec des dchièèh très sonores. Le chant très caractéristique se compose de trilles clairs, sonores, limpides et cristallins rappelant les sons émis par une clochette.

Ces trilles se terminent généralement sur une roulade nasillarde et traînante caractéristique que l’on retrouve aussi, dans une tonalité différente, chez le tarin des aulnes. Relativement grégaire et anthropophile, il peut constituer des bandes hivernales où il s’associe parfois au pinson du Nord, au bruant jaune et à d’autres granivores à proximité de l’homme. Le verdier qui est assez erratique forme souvent de petites bandes avec ses congénères. Il est typique à cause de son vol assez onduleux. Il ne craint pas la présence de l’homme.

Lors du vol nuptial, le verdier papillonne autour de la femelle en décrivant des cercles avec de faibles battements d’ailes en chantant sans arrêt. Les graines de mercuriale et d’orme ont sa préférence en été, celles de l’if, du charme et de l’aulne en automne et celles du rosier et du framboisier en hiver. Il peut vivre jusqu’à treize ans. En parade nuptiale, le mâle s’approche de la femelle en sautillant de branche en branche tout en pointant le bec vers le haut, les ailes et la queue entrouvertes.

Puis il exhibe ses miroirs alaires jaune vif en agitant les ailes et hoche la queue tout en lançant ses trilles sonores se terminant par la roulade nasale et traînante. C’est d’ailleurs après cette roulade que se produit l’accouplement. Il existe deux pontes annuelles, plus rarement trois. La première est déposée fin-avril, la seconde en juin et l’éventuelle troisième début-août.

La femelle construit son nid sur les branches à deux ou trois mètres du sol. 4 à 6 œufs dans l’année. Elle va couver toute seule pendant environ deux semaines ses œufs blanc-gris mesurant à peu près 20 mm de long et parsemés de taches brunes. Après l’éclosion, les oisillons sont élevés par les deux parents qui les nourrissent de graines déjà décortiquées et de chenilles ou d’araignées. Deux semaines après l’éclosion, les jeunes, encore incapables de voler, quittent le nid mais s’en éloignent peu.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.