Ombres de Molière : Naissance d’un mythe littéraire travers ses avatars du XVIIe siècle à nos jours (Armand Colin / Recherches) PDF

Emplacement du jeu de paume des Métayers. Ombres de Molière : Naissance d’un mythe littéraire travers ses avatars du XVIIe siècle à nos jours (Armand Colin / Recherches) PDF du jeu de paume de la Croix noire.


« Faire ou ne pas faire comme Molière » : telle est la question que se pose une génération de dramaturges qualifiée de « postmoliéresque ». Indice de la conscience précoce d’une ligne de fracture historique au sein du répertoire dramatique aussi bien que de l’histoire des spectacles, cette interrogation ne cesse, depuis, de hanter hommes de lettres et de théâtre. Molière est le seul auteur classique à n’avoir connu aucune éclipse, ni dans le discours savant, ni dans les pratiques scéniques. Aujourd’hui, il tient encore la première place des auteurs français les plus représentés et commentés. L’homme fascine autant que l’œuvre, et ce double héritage concourt à féconder la création artistique, exerçant tour à tour un effet stimulant et inhibant sur ses continuateurs. Émerge alors une véritable mythographie autour de cette figure historique et littéraire, au sein des institutions culturelles, dans des postures artistiques et les imaginaires populaires. Dramaturgie, spectacle, littérature, opéra, musique, mais aussi cinéma, médias, manuels scolaires, bandes dessinées ou publicités s’emparent de cette tradition hagiographique pour nourrir mises en perspectives contemporaines et féconds détournements historiques. Le présent volume propose de s’interroger sur l’historiographie critique de Molière, non pas dans son temps, mais en-dehors, non pas au sein de son œuvre, mais à l’extérieur. Il réunit d’éminents spécialistes français et étrangers de plusieurs siècles et de plusieurs disciplines. Il a pour objectif de proposer une lecture actualisante et déterritorialisante des avatars moliéresques et d’en analyser les enjeux aussi bien esthétiques qu’idéologiques pour notre monde contemporain. 

Martial Poirson est maître de conférences habilité à l’université Stendhal-Grenoble III et membre de l’UMR LIRE-CNRS. Spécialiste d’histoire et d’esthétique du spectacle vivant, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le théâtre, parmi lesquels Les Audiences de Thalie (2012), Spectacle et économie à l’âge classique (2011), Les scènes de l’enchantement (2011), L’Écran des Lumières (2009), Filmer le dix-huitième siècle (2009), Le théâtre sous la Révolution (2009).

Les pérégrinations de Molière et ses camarades dans les provinces du royaume de France. 1645, la tentative de l’Illustre Théâtre pour s’implanter dans la capitale ayant définitivement échoué, la troupe est dispersée. Dès le mois d’octobre, semble-t-il, Molière quitte Paris, suivi quelques mois plus tard par Madeleine, Joseph et Geneviève Béjart. Dans la seconde moitié de juillet, la troupe joue devant le comte d’Aubijoux, lieutenant du roi en Languedoc, lors de son arrivée à Agen. Octobre : La troupe est à Carcassonne. 23 avril : la  troupe du sieur Dufresne  arrive à Nantes, où elle séjournera jusqu’au début de l’été.

Et c’est la première fois que son nom apparaît dans la documentation depuis son départ de Paris. 1er décembre : obsèques, à Poitiers, de Madeleine de Varannes, femme de Charles Dufresne. 4 mai : les capitouls de Toulouse font payer 75 livres  au sieur Dufresne et autres comédiens de sa troupe , pour avoir joué la comédie lors de l’arrivée dans la ville du comte du Roure, lieutenant général pour le roi en Languedoc. En décembre, la troupe joue à Narbonne. Son séjour dans cette ville se prolongera au moins qu’à la mi-janvier suivante. Au cours du mois de février, la troupe se produit à Agen par ordre du duc d’Épernon. Quittance donnée par Molière au nom des comédiens à  Messieurs des États .

Du 24 octobre au 14 janvier suivant, les États de Languedoc se tiennent à Pézenas, présidés par le comte de Bioules. Molière donne quittance le 17 décembre au trésorier de la bourse de Languedoc. Aucun document ne subsiste concernant les activités de la troupe au cours de cette année. En revanche, une quittance donnée par Molière à son père, atteste sa présence à Paris au début du printemps. Août : la troupe est à Grenoble.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.