Oui-Oui et le magicien PDF

Cette page est en semi-protection longue. Une nouvelle est un récit habituellement court. En France, la oui-Oui et le magicien PDF prend naissance au Moyen Âge.


Comme c’est étrange ! Chaque fois que quelqu’un passe sous le chêne du Bois des Champignons, son chapeau disparaît. Bien décidé à retrouver son bonnet, Oui-Oui va aider le gendarme à éclaircir ce mystère.

Elle vient s’ajouter, et en partie se substituer, à une multitude de récits brefs : fabliaux, lais, dits, devis, exemple, contes. Ces derniers ont donné aujourd’hui le mot argotique désignant le journal, qui lui-même rapporte des faits divers. Publiées en 1613 et traduites en français deux ans plus tard, les Nouvelles exemplaires de Miguel de Cervantes, l’auteur de Don Quichotte, connaissent un succès considérable et constituent pour longtemps la référence. En 1614, avec ses Histoires tragiques de notre temps, François de Rosset choisit quant à lui la nouvelle pour raconter des meurtres, des viols, des affaires diaboliques, en s’inspirant des annales judiciaires du moment dans le but de susciter l’horreur. Si la nouvelle exploite alors en France surtout les deux veines apparemment opposées du réalisme et du fantastique, il n’est guère de thèmes qu’elle n’aborde, guère de tons qu’elle n’emprunte.

Alphonse Allais, fondateur du rire moderne, introduit la folie dans ses nouvelles, comme Les templiers. La novella et le roman prévoient des temps de repos pour le lecteur. On distingue aussi la nouvelle dite française dont le rythme est rapide et peu explicatif et la nouvelle dite anglaise ou allemande dont le rythme permet d’expliquer les pensées, les réactions des personnages. Une nouvelle possède plusieurs caractéristiques qui poussent à sa brièveté. Contrairement au roman, elle est centrée sur un seul événement. Les personnages sont peu nombreux et sont moins développés que dans le roman. La fin est souvent inattendue, et prend la forme d’une chute parfois longue de quelques lignes seulement.

Elle a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l’intensité de l’effet. Cette lecture, qui peut être accomplie tout d’une haleine, laisse dans l’esprit un souvenir bien plus puissant qu’une lecture brisée, interrompue souvent par le tracas des affaires et le soin des intérêts mondains. Si l’on peut utiliser le roman en débarras fourre-tout, c’est impossible pour la nouvelle. Il faut mesurer l’espace imparti à la description, au dialogue, à la séquence. La moindre faute d’architecture y apparaît.

Parfois, je songe que la nouvelle m’épanouit parce que je suis d’abord un homme de théâtre. On sait depuis Tchekhov, Pirandello ou Tennessee Williams, que la nouvelle convient aux dramaturges. Il existe de nombreux concours de nouvelles en France, ouverts à tous. Les nouvelles demandées font généralement entre 4 et 50 feuillets.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.