Paludisme PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? L’armoise annuelle contient une substance active, l’artémisinine, efficace pour lutter contre les parasites du genre Plasmodium, qui sont les agents du paludisme. La plante est d’abord faiblement pubérulente et raidement glabre. Les fleurs sont groupées en capitules nombreux, paludisme PDF pédonculés, sous-tendus par un verticille de bractées, eux mêmes groupés en panicules de 15 cm de long sur 8 cm de large Les capitules sont entourés d’un involucre globuleux de 1,5 à 2,5 mm de diamètre.


Le paludisme fait encore en 2004 des ravages dans de nombreux pays en développement, tout particulièrement en Afrique intertropicale. Dans les pays industrialisés non impaludés, cette parasitose pose surtout le problème de sa prévention chez le voyageur, qui doit être individualisée. Les cas de paludisme importés ne sont pas exceptionnels en France, et l’adage  » toute fièvre au retour d’une zone impaludée est un paludisme jusqu’à preuve du contraire  » reste d’actualité.

Ils comptent 10 à 178 fleurons marginaux femelles et 10 à 30 fleurons centraux bisexués à corolle jaune ou jaune foncé. L’armoise annuelle est utilisée par les herboristes chinois depuis longtemps dans le traitement de nombreuses maladies, telles que des dermatites ou bien encore contre la malaria depuis l’antiquité. L’artémisinine est efficace contre plusieurs souches de parasites responsables du paludisme. L’incertitude récemment apparue découle de la possibilité nouvelle d’une utilisation systématique et d’une application en masse de traitements à base d’artémisinine de qualité plus ou moins variable sur une très nombreuse population, une situation qui jusqu’à récemment ne s’était encore jamais produite avec cette substance. Actuellement, la seule possibilité de se procurer de l’artémisinine pour la fabrication de médicaments est la récolte de plantes cultivées d’Artemisia annua, mais il est à noter qu’il y a des difficultés de culture en zone tropicale rendant le processus très complexe. En effet, les grandes différences de teneur en artémisinine en fonction du sol, de la période et des conditions de récolte, de séchage et de stockage rendent difficile la standardisation et donc la garantie d’efficacité de la plante utilisée en tisane. Le paludisme étant potentiellement mortel, il est des plus importants que l’efficacité soit certifiée.

La grande variabilité du taux de principe actif ne peut certifier son efficacité. Il est de plus difficile de préconiser une dose journalière. En médecine moderne, les dérivés d’artémisinine ne sont jamais utilisés en dessous de 50 mg. Le principe actif est peu soluble dans l’eau.

Aussi, ce faible dosage pourrait favoriser l’apparition de résistances. La récolte chinoise bien que déterminante pour les sociétés pharmaceutiques est devenue insuffisante. Le semis se fait dès réception des graines. On mélange une cuillère à café de graines avec 5 à 6 cuillères à café de sable fin.

Puis, on parsème ce mélange dans une caisse remplie de pleine terre, on arrose sans inonder. Le repiquage des plantules en pot se fait dès que la végétation devient trop dense. Chaque plant est alors placé individuellement dans un récipient de taille équivalente à un pot de yaourt pour qu’il ait suffisamment de place. On laisse en place jusqu’à ce que ces plants portent 5 ou 6 feuilles. Cette plante demande beaucoup de lumière, pendant le plus longtemps possible, et il faut veiller à l’arroser.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.