Paysans du monde : Parcours d’un agronome au service de la terre PDF

Vue du village depuis le Nodelberg. Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d’Alsace. Elle est connue pour son eau paysans du monde : Parcours d’un agronome au service de la terre PDF commercialisée sous différentes présentations.


Fils de paysans saintongeais, Michel Braud va avoir l’opportunité de vérifier que le bon sens paysans est universel. Après une année passée au Maroc, il va être affecté sur la station de Bambari (R.C.A.) pendant dix ans. Puis, avec des responsabilités croissantes au sein de la direction de son institut, il va parcourir de nombreux champs de cotonniers en Afrique, du Sénégal à Madagascar, en Amérique latine, principalement au Paragway, magnifique expérience de coopération scientifique en passant par les milliardaires du coton en Ouzbékistan et l’Europe (Grèce), pour finir par l’Australie. Il évoque ces différentes situations très contrastées, passant de l’autosuffisance textile du Laos à la démesure de la situation australienne. La présentation de la filière coton est évoquée sous tous ses aspects, y compris le coton qui se mange ! De cette expéience de 40 années, il en retient une leçon qu’il formule en ces termes :  » La sauvegarde de la planète passera par la diversité culturelle « .

Elle compte une zone artisanale, une grosse exploitation agricole, une exploitation viticole et un camping de renom international. Son église est classée monument historique. Vue de Wattwiller dans son cadre naturel. Le village est adossé aux dernières pentes des Vosges méridionales formant une zone de piémont intermédiaire entre le massif et la plaine rhénane.

Les autres entreprises, y compris celles qui se situent en dehors de la zone artisanale, sont pour la plupart orientées vers les activités du bâtiment. Cernay est à 4 km, Guebwiller est à 10 km, Thann à 10 km et Mulhouse à 25 km. La zone de piémont est marquée géologiquement par la présence, en profondeur, de la faille vosgienne côté massif et de la faille rhénane côté plaine. 735, dans une donation du comte Eberhard en faveur de l’abbaye de Murbach. La ville est ravagée par les troupes anglaises d’Enguerrand de Coucy en 1375, par les Armagnacs en 1444 et occupée par les Suisses en 1468. La ville devint française en 1680 à la suite du rattachement à la France de l’abbaye de Murbach.

Après la révolution de 1789, Wattwiller perd peu à peu son statut de ville et les fortifications sont démantelées durant le règne de Napoléon-Bonaparte. Il existait autrefois à Wattwiller, un couvent, qui avait pris en 1336, la règle de saint-Dominique. Situé au pied du champ de bataille du Vieil Armand, Wattwiller sert de base stratégique à l’armée allemande pendant toute la durée des hostilités. Celle-ci tient également le Hirtzenstein, qui sera d’ailleurs assiégé par les chasseurs alpins à deux reprises.

L’état-major occupe les différents bâtiments de l’établissement balnéaire. De ce fait, les positions allemandes, y compris dans le village, deviennent la cible des tirs de l’artillerie française. Les habitants ne reviendront qu’après la fin des hostilités, pour retrouver leur village, qui n’est plus que ruines et désolation. Les travaux de reconstruction dureront jusque dans les années trente.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.