Pegasus Bridge – la 6e Division Aeroportee Britannique en Normandie PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La 6e division aéroportée britannique ou 6th Airborne Division de l’armée britannique a été créée en mai 1943 pour participer au débarquement allié en Normandie de juin 1944. Surveillance d’un carrefour à Pegasus Bridge – la 6e Division Aeroportee Britannique en Normandie PDF le 7 juin 1944.


Le 6 juin 1944, lors du débarquement des armées alliées sur les plages de Normandie, la mission de la 6e division aéroportée britannique était de prendre intacts les ponts de Bénouville et Ranville, de détruire la batterie anti-aérienne de Merville ainsi que les ponts sur la Dives. Dans cette 6th Airborne Division créée par le général Richard Gale, les soldats étaient tous des volontaires et des parachutistes aguerris. Le cheval ailé Pégase, emblème de la division, donna son nom au premier pont libéré de France : le Pegasus Bridge. Ce pont est devenu le symbole du premier pas vers la victoire… Mais cette « victoire des premières minutes » ne fut possible qu’avec le soutien et l’action des civils et résistants français du secteur de Bénouville. Parmi eux, Thérèse et Georges Gondrée, propriétaires d’un café à quelques mètres du pont, passèrent toute l’Occupation aux services de l’armée britannique et de l’armée française. En réalisant cet ultime album souvenir, Françoise Gondrée rend hommage à toutes ces femmes et ces hommes, civils et militaires, qui se sont battus pour le plus noble des combats, celui de la Liberté.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, lors de l’opération Tonga des unités de la 6e division furent les premières du débarquement de Normandie à combattre. De juin à août 1944, la division défendit avec succès la zone à l’est de l’Orne. Au début septembre 1944, elle fut mise au repos et retourna en Grande-Bretagne pour récupérer et se réorganiser après la perte de 4 000 hommes, tués, blessés ou disparus. Le 24 mars, la 6e division aéroportée britannique pris part à l’opération Varsity de traversée du Rhin qui eut lieu un jour après la traversée du Rhin par les troupes au sol. Mais les Allemands les attendaient et la division subit des pertes importantes en l’air et au sol. La 5e brigade parachutiste fut déployée en Extrême-Orient en juillet 1945 pour prendre part à la campagne contre les Japonais, le reste de la division devant la suivre. Mais l’entrée en guerre de l’URSS contre le Japon précipita la capitulation japonaise le 2 septembre ce qui mit fin à ce déploiement.

Le reste de la division avait été envoyée en Palestine mandataire en septembre 1945 dans les districts de Lydda, Samarie et Gaza. Ceci est la composition de la division au moment de la bataille de Normandie. Les diables rouges en Normandie Georges Bernage, Éditions Heimdal. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 30 juillet 2018 à 19:03. Il était situé sur le canal de Caen à la mer, en Normandie. Lors de l’opération Deadstick, élément de l’opération Tonga, le nom de code de la prise du pont était Euston 1. Sa prise de contrôle par un coup de main des commandos britanniques, arrivés de nuit par planeurs, est un des hauts-faits du débarquement de Normandie le Jour J.

Le Pegasus Bridge original de nuit au Musée Pegasus. Il s’agit d’un pont basculant du type Scherzer. Batterie de Merville situé entre le canal et l’Orne. Angleterre à 23h00 le 5 juin 1944.

Le piper Bill Millin a participé à la prise du pont, armé de sa seule cornemuse écossaise, parmi les renforts débarqués à Sword Beach. Cet épisode, ainsi immortalisé par le film Le Jour le plus long, n’est pas réellement confirmé par Bill Millin qui aurait à peine eu le temps de commencer à jouer à la fin de la traversée. Le café Gondrée, situé à 20 m du Pegasus Bridge où se trouvaient Thérèse et Georges Gondrée, est la première maison de France continentale à avoir été libérée. La plaque commémorant l’authenticité de cet événement a été inaugurée en juin 1954. Cependant, l’historien Norbert Hugedé, affirme dans son ouvrage consacré à l’opération Deadstick que c’est la maison située en face et appartenant à Louis Picot qui a été contrôlée la première lors des combats.

Peu avant la mise en place du nouveau pont à bascule en 1994, des travaux ont été nécessaires pour l’entretien des berges du Canal de l’Orne. Il n’est plus aujourd’hui à son emplacement initial. En 1974, un bâtiment annexé au café fut le premier musée du Pegasus Bridge. Celui-ci est désormais remplacé par le Mémorial Pegasus. Inauguré le 4 juin 2000 par S. Prince Charles d’Angleterre, ce musée a été réalisé en quelques mois sous l’égide du Comité du Débarquement présidé par l’Amiral Brac de La Perrière, et conformément à la volonté de Raymond Triboulet Président fondateur.

Bailey au Mémorial Pegasus à Ranville. Il fut le deuxième objectif de l’opération ‘Coup de Main’ et fut pris quelques minutes après par les airbornes débarqués de deux autres planeurs. Les évènements relatifs à Pegasus Bridge sont relatés dans le film Le Jour le plus long, mais ne reflète pas l’exactitude des faits. Le rôle du Major Howard y est tenu par Richard Todd, qui a effectivement participé à la défense du pont en tant qu’officier du 7e bataillon de parachutistes. Le jeu de société Heroes of Normandie – Pegasus Bridge propose de revivre la bataille du pont. Le jeu vidéo Medal of Honor : Avant-Garde propose dans la mission « Neptune », un passage sur le Pegasus Bridge. Le jeu vidéo Call of Duty offre un niveau relatif au Pegasus Bridge, mais celui-ci ne respecte pas la réalité historique.

Le jeu vidéo Battlefield 1942 propose un niveau en multijoueur appelé « Libération de Caen », qui propose de voir le Pegasus Bridge, bien que le reste du niveau ne respecte pas la réalité en terme topologie du terrain. Le jeu vidéo Codename Panzer Phase One relate la prise du pont de Pegasus Bridge. Peu historique, mais une référence de plus au premier combat du D-Day. Le jeu de société Mémoire 44 offre un scénario qui permet de rejouer la bataille pour Pegasus Bridge. Ce scénario colle assez bien à la réalité historique. PEGASUS 1944 : La 6th Airborne de la Normandie à la Baltique, Rouen, Éditions de Rameau, 2014, 112 p.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.