Pieges du Tertre PDF

Occupée par l’homme depuis au moins 55 000 ans, il s’agit en outre du berceau du Pouilly-Fuissé, vin blanc renommé. La Roche de Solutré, tout comme celle de Vergisson, est pieges du Tertre PDF de massifs coralliens fossilisés apparus il y a environ 160 millions d’années dans ces mers.


Du bocage normand ,a la cage , il n’y a avait qu’un pas,que ce jeune peintre en herbe a fait . a cause de ce « Tonton » Russe Blanc qu’il ne connaissait pas, mais que les soviétiques , eux , connaissaient  » ces documents une bombe » qu’elle disait la Tatie

Au Tertiaire, l’est de la Bourgogne subit le contrecoup du soulèvement alpin : tandis que les Alpes s’élèvent, le bassin de la Saône s’effondre. Dans le même temps, des plateaux s’élèvent à l’ouest de cette plaine, puis basculent vers l’est. Des terrains de nature différente ayant été mis côte à côte par ces mouvements, les différentes érosions font leur œuvre. Les profils des monts environnants s’arrondissent, tandis que se dégagent les falaises de Solutré et de Vergisson, côté ouest, qui contrastent avec les douces pentes de leur flanc est. Les usages humains autour et sur la Roche de Solutré ont eu un impact évident sur son aspect, et au-delà, sur son évolution. De la déforestation de la forêt gauloise originelle à la plantation des premières vignes, de la polyculture contemporaine à la monoculture viticole actuelle, le paysage s’est formé et modifié.

Le défrichage du sommet et de la pente douce de la roche de Solutré a contribué à faire apparaître un milieu spécifique, puis à l’entretenir. Ce pâturage, ainsi que la pratique du brûlage, entretenaient la pelouse sèche qui s’y est développée, et qui accueille de nombreuses espèces végétales et animales rares ou protégées qui y trouvent leur implantation la plus septentrionale. Grâce à l’influence du climat, des reliefs, des usages humains, un grand nombre de conditions sont réunies pour que des espèces végétales et animales remarquables et rares y prolifèrent. Environnée de vignes, la Roche de Solutré offre au regard un paysage contrasté et spectaculaire, depuis le haut de son éperon rocheux ou de sa pelouse sommitale. Solutré-Pouilly et le Mont de Pouilly. Le gisement préhistorique de Solutré est l’un des plus riches d’Europe, en ossements et en vestiges lithiques.

Roche a donné son nom à un faciès culturel du Paléolithique supérieur, le Solutréen. On retrouve dans ces foyers de nombreux outils en silex : pointes de lance, feuilles de lauriers et autres grattoirs, mais aussi un véritable amas d’ossements : du renne surtout, mais également du cheval, de l’éléphant, du loup et du tigre des cavernes. Henry Testot-Ferry et Adrien Arcelin décident alors de sonder afin de déterminer scientifiquement l’ampleur du gisement qu’ils ont mis au jour et d’examiner avec un soin extrême l’ensemble des vestiges retrouvés. L’enjeu est de comprendre l’agencement des couches stratigraphiques du site, base de l’établissement de la chronologie. En 1868, l’existence d’une station de chasse au pied de la roche est l’hypothèse scientifique privilégiée.

Les deux inventeurs font alors appel à d’autres spécialistes et présentent leurs travaux dans des congrès. Solutré se révèle alors comme l’un des plus grands sites préhistoriques français. En 1872, Gabriel de Mortillet, l’un des plus importants préhistoriens de son temps, décide de nommer les périodes de la Préhistoire d’après le nom de sites préhistoriques où elles sont particulièrement bien représentées. C’est ainsi qu’apparaît le terme de Solutréen. De nombreuses fouilles furent menées par la suite, le champ de fouilles restant aujourd’hui encore partiellement inexploré et protégé. La situation et la configuration des lieux, en hauteur par rapport à la plaine et aux crues, ont été déterminantes dans son occupation humaine.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.