Premiers contacts : Des ethnologues sur le terrain PDF

Vic Dessos Cabanne au premiers contacts : Des ethnologues sur le terrain PDF chemin d’Aubus Regnault- M. Cochet – Fonds Trutat – MHNT. Image représentant une collection d’objets pouvant être logés dans l’étude de la discipline.


Au tournant du XXe siècle, l’ethnologue quitte le confort de son cabinet de travail pour vivre  » en sauvage parmi les sauvages  » au sein de peuples qualifiés de  » primitifs « , dont certains n’ont jamais vu d’homme blanc. Il apprend leur langue, observe le moindre de leurs gestes afin de découvrir les structures d’une culture complexe alors même qu’elle est en train de disparaître sous l’effet de la colonisation. Riche en hommes exceptionnels, jalonnée d’ouvrages aussi célèbres que L’Afrique fantôme (1934) de Michel Leiris ou Tristes Tropiques (1955) de Claude Lévi-Strauss, rédigés par des hommes ayant eux-mêmes participé aux premières expéditions, l’aventure des premiers ethnologues sur le terrain a été un moment privilégié de l’histoire des sciences humaines. Ce livre, qui n’a pas été écrit par un ethnologue, est destiné à un large public. Il tente de répondre à certaines questions : qu’est-ce qu’un  » primitif  » ? Un  » civilisé  » ? Quelles ont été les méthodes de travail des premiers ethnologues ? Leurs rapports avec le pouvoir colonial ? Elargissant le sujet traité, l’auteur évoque l’étonnant voyage de Gide au Congo, la réaction des habitants de Nouvelle-Guinée à la vue des premiers Blancs ainsi que l’importance des journaux intimes tenus par les anthropologues, sans oublier le rôle des surréalistes et des marchands d’art dans le pillage des objets de culte ni le choc que fut, pour les uns et les autres, la découverte de cultures autres que la sienne

L’ethnologie est l’une des sciences humaines et sociales : elle relève de l’anthropologie et est connexe à la sociologie. Anthropologie des religions : domaine de l’anthropologie qui tente d’expliciter le fait religieux. Anthropologie juridique : analyse culturelle et symbolique des phénomènes juridiques. Anthropologie des techniques et de l’objet.

Anthropologie du politique : elle étudie les différentes formes que peut prendre le pouvoir au sein des sociétés humaines. Anthropologie de l’art : analyse culturelle et symbolique de la production artistique sous toutes ses formes. Ethnomusicologie : étude des rapports entre musique et société. Ethnobiologie : étude des relations avec le monde du vivant. Ethnobotanique : étude des rapports entre le végétal et la société. Ethnochoréologie : domaine qui s’attache principalement à l’étude du répertoire dansé des populations rurales, et plus particulièrement des peuples extra-européens.

Historiae ivrisqve pvblici Regni Vngariae amoenitates,Vienne, 1783. C’est aussi lors des colonisations et occupations européennes que les sciences ethnologiques se différencient de la littérature exotique. XXe, et désigne parfois encore l’ensemble des sciences sociales qui étudient les sociétés dites  primitives  et l’homme fossile. Et c’est Lévi-Strauss qui fut un des introducteurs de ce mot et du concept dans la tradition intellectuelle française. C’est ce sens que les anglais attribuent depuis longtemps au mot ethnology. Article détaillé : Liste des courants de l’anthropologie.

Historiquement, l’ethnologie diffère de la sociologie en ce qu’elle privilégie non pas l’étude des phénomènes sociaux des pays industrialisés comme le ferait cette dernière, mais au contraire les communautés traditionnelles extra-européennes, qui ont longtemps été considérées comme des  cultures primitives . Lorsque l’on tente de distinguer le plus clairement possible l’ethnologie et la sociologie, le plus aisé est d’insister sur la différence des angles d’approche. Aussi on peut évoquer la considération de la dimension symbolique qui est caractéristique de l’ethnologie : étude des mythes, des rites, et globalement des pratiques et perceptions symboliques du monde environnant. Nous rappelons que la définition de l’ethnologie a profondément évolué. Alors on peut dire que l’ethnologie théorise les descriptions de l’ethnographie dont l’unité d’étude est l’ethnie, groupe humain caractérisé par sa langue et sa culture. Ces deux sciences font en définitive partie de l’anthropologie. Selon Claude Lévi-Strauss, l’ethnographie est le recueil des données sur le terrain principalement.

L’ethnologie est l’analyse de ces données et l’anthropologie est un travail comparatif. Lévi-Strauss est une exception dans le paysage anthropologique. Il a fait très peu de travaux de terrain, contrairement à bon nombre de ses confrères. En effet, dans la pratique, ces étapes ne sont pas hermétiques. Jean Servier, Méthode de l’ethnologie, PUF, coll Que sais-je ? Breton, Les Ethnies, Presses universitaires de France, Paris, 1981, 127 p. Gérard Prunier, Les ethnies ont une histoire, Karthala, Paris, 2003, 435 p.

Anthropologie , Dictionnaires des sciences humaines, ibid, p21. POIRIER, Jean, Histoire de l’ethnologie, PUF, Que sais-je ? Marc Augé, Jean Cuisenier, Philippe Descola et al. Cavalier Bleu, Paris, 2008, 219 p. Evans-Pritchard, La femme dans les sociétés primitives et autres essais d’anthropologie sociale, PUF, Paris, 1971, 246 p.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.