Profession PDG : En direct avec les plus grands chefs d’entreprise PDF

C E R E A L E S   E N   A L G E R I E . La campagne céréalière a été marquée par une sécheresse automnale préoccupante. Elle a pu retarder les semis ou entrainer des pertes profession PDG : En direct avec les plus grands chefs d’entreprise PDF pieds sur les semis précoces.


Plus de trente PDG, à la tête du Gotha des entreprises dans le monde : ABB, Alcatel, British Airways, Royal Dutch Shell, Siemens…, présentent dans cet ouvrage leurs reflexions en matière de motivation, d’innovation, de créativité, de revitalisation de l’entreprise. L’ analyse de ces hommes de terrain porte sur les impératifs qui sont aujourd’hui au centre des préoccupations managériales :
Se préparer à la mondialisation
Faire du client un élément clé de la réflexion stratégique
Stimuler l’innovation et la créativité
Envisager la croissance autrement
Mettre la culture d’entreprise et ses valeurs au service de la performance
Agir sur la motivation et l’engagement des salariés
Faire de la structure organisationnelle un levier de changement
Réalisé à l’échelle mondiale par le cabinet Price Waterhouse, dans le cadre du forum de l’économie mondiale de Davos, cet ouvrage donne la parole non aux théoriciens du management, mais à ceux qui le pratiquent au quotidien, avec le succès que l’on sait.

Les remontées d’informations en provenance des différentes wilayas montrent que la sécheresse a surtout concerné l’ouest du pays. C’est le cas de Chlef et Aïn Defla. Dans plusieurs cas les semis ont été retardés jusqu’à l’arrivée des pluies. Dans le cas des semis d’octobre-novembre, de nombreuses parcelles ont montré des signes de desséchement. Les plantules ont jauni puis se sont desséchées. La culture de celui qui a semé avant le mois de décembre peut être compromise à cause d’un déficit hydrique persistant.

Cette situation montre l’intérêt d’utiliser le non labour avec semis-direct. En effet de récents essais montrent que cette technique a le mérite de ne pas desséche le sol. Des chercheurs ont en effet, à l’automne, arrosé artificiellement un sol et ensuite mesuré tout les jours l’humidité du sol derrière le passage de différents outils. Or, ce type d’engins connus dune poignée d’agriculeurs n’est pas encouragé à sa juste mesure par les services agricoles.

Quant aux concessionnaires ils préfèrent importer le matériel traditionnellement connu des agriculteurs et donc plus facilement vendable. En Algérie, apprendre à semer sans dessécher le sol reste donc une entreprise de longue haleine. Pour les exploitations ayant eu de forts taux de perte à la levée, la solution est d’implanter une culture de remplacement. Diverses solutions sont possibles : légumes secs ou tournesol. A condition de disposer de semences, il est possible de semer lentilles ou pois-chiche.

Ces cultures peuvent être semées jusqu’à la fin de l’hiver. De récents travaux ont montré que des semis de décembre ou janvier sont possibles. A condition de maîtriser le désherbage chimique, ce type de semis permet des gains de rendements appréciables. Cependant, des travaux montrent qe des semis de décembre ou janvier permettent de meilleurs rendements à condition d’utiliser des variétés tardives. Ces semis précoces s’inscrivent dans une stratégie dite  d’évitement . Le but est de faire coïncider le cycle végétatif de la culture avec la période la plus arrosée de l’année et surtout d’éviter le risque de sécheresse printanière de fin de cycle.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.