Réinventer le territoire par l’architecture PDF

Please forward réinventer le territoire par l’architecture PDF error screen to world-320. Use LoopiaWHOIS to view the domain holder’s public information.


Les journées rencontre  » Réinventer le territoire par l’architecture  » ont été portées par le refus de l’autisme, cette maladie maligne des établissements de formation tentés par le repli sur eux-mêmes. En partageant un bout de chemin, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne et la Région Bretagne ont découvert qu’elles avaient partie liée : un territoire commun, l’ardente obligation de l’investir de projets. S’est ainsi forgée une volonté partagée : côté institution de formation de contribuer à concevoir autrement les littoraux et les territoires régionaux, côté gouvernement régional de mobiliser les viviers de concepteurs et d’experts que constituent les
univers des enseignants professionnels et des chercheurs. Le terme rencontre retenu vise à désigner une ambition démocratique de débats
sur l’aménagement, souhaitée par les élus. Rencontre qui ne consacre ni à un quelconque retour à la bretonnité, ni au régionalisme ; elle
saisit le fait littoral armoricain comme une situation limite mais non exceptionnelle : la disponibilité des espaces y est plus parcimonieuse qu’ailleurs. Rencontre fédératrice de compétences et foyer de diffusion,
elle a vocation à stimuler réciproquement ceux qui pensent et ceux qui agissent sur le futur des territoires.

Are you the owner of the domain and want to get started? Login to Loopia Customer zone and actualize your plan. Register domains at Loopia Protect your company name, brands and ideas as domains at one of the largest domain providers in Scandinavia. Our full-featured web hosting packages include everything you need to get started with your website, email, blog and online store. 6 mars 1952 à Locarno en Suisse, est un artiste peintre contemporain. Lac Majeur dans le canton du Tessin. Les artistes Alberto Giacometti et Niele Toroni sont aussi originaires de cette région proche de l’Italie et où l’on parle Italien.

En avril 2018 il réalise une nouvelle oeuvre temporaire sur les murs de la Cité de Carcassonne, en utilisant toujours la technique de l’anamorphose, baptisée  concentrique, excentrique  et constituée de cercles concentriques jaunes. Pour élaborer une intervention, Felice Varini effectue invariablement une première approche qui consiste à parcourir le lieu en étudiant  son architecture, ses matériaux, son histoire et sa fonction. Le point de vue est choisi avec précision et il est situé à hauteur des yeux,  localisé de préférence sur un passage obligé, par exemple une ouverture entre une pièce et une autre, un palier, etc. Avec l’ensemble de ces données, Felice Varini met au point un dessin en utilisant des formes géométriques simples : l’artiste explique employer des  carrés, triangles, ellipses, cercles, rectangles, lignes. Ce dessin est ensuite imprimé sur un film transparent qui sera projeté sur et dans le lieu à l’aide d’un appareil de projection.

Je pars d’une situation réelle pour construire ma peinture. Cette réalité n’est jamais altérée, effacée ou modifiée, elle m’intéresse et elle m’attire dans toute sa complexité. Il prépare son travail à l’aide de rubans adhésifs, fil à plomb, ou de rayons lumineux. Depuis les années 1980, Varini élabore une peinture qui se déploie dans l’espace architectural. La forme peinte trouve sa cohérence quand le spectateur se tient en ce point. Felice Varini travaille dans des espaces à chaque fois différents et ses œuvres évoluent en relation avec ceux-ci. Il utilise le pastel, le papier sérigraphique ou l’acrylique pour créer dans l’espace des formes géométriques, souvent à une échelle monumentale.

Le point de vue choisi est créé pour fonctionner comme point d’arrivée pour la lecture de la peinture et de l’espace. Les œuvres de Felice Varini prennent forme dans un espace et ce dernier peut influencer en retour, la création. L’artiste souligne toutefois l’indépendance que garde son travail par rapport aux architectures rencontrées. VAL réalisée en 2005, celle de 2002 du siège social de Peugeot à Paris ou encore celle du siège de la Société générale à la Défense. La même année, dans le cadre de Magenta éphémères, il présente son œuvre Sept droites pour cinq triangles inscrite sur l’hôpital Lariboisière et la gare de Nord.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.