Reconstruire sa vie après un cancer PDF

Traitements du cancer : quels effets sur la mémoire ? L’efficacité des traitements en cancérologie a permis une amélioration de la reconstruire sa vie après un cancer PDF en charge des patients traités pour un cancer. Cependant, ces traitements peuvent induire des effets secondaires dont certains sont encore assez mal connus.


Votre oncologue vous l a dit, vous êtes sorti(e) d affaire ! Et pourtant pour vous, tout n est pas fini ! Vous continuez à vous poser beaucoup de questions et vous vous sentez mal. Dans votre entourage familial ou professionnel, on pense peut-être trop vite à tourner la page. Alors que c est justement lorsque l équipe hospitalière rassurante s efface, que l on se sent le plus seul et qu on a le plus besoin d aide. Comment accepter l expérience de la maladie et la transformer pour se reconstruire, corps et âme, dans cette nouvelle vie ? De nombreux chemins vous sont ouverts et je vous propose de les parcourir avec celles et ceux qui ont été confrontés à la même épreuve et l ont traversée en donnant parfois un nouveau sens à leur vie, en retrouvant un nouvel élan vital.

Ces troubles ressentis sont le plus souvent liés à un état de fatigue sous-jacent, induit par le cancer et les traitements. Nos recherches dans ce domaine sont réalisées à partir d’études cliniques, d’approches neuropsychologiques innovantes, d’études en neuro-imagerie spécifiques et de modèles animaux comportementaux. En parallèle, les études réalisées dans notre unité Inserm à Rouen sur des modèles animaux visent à mettre en évidence les mécanismes neurobiologiques et les troubles associés à l’utilisation de différentes thérapies ainsi qu’à détecter des biomarqueurs. Après un cancer du sein avec mastectomie, se pose la question de la reconstruction mammaire. Avant l’affaire Angelina Jolie, parler d’ablation des seins et de reconstruction mammaire, c’était tabou.

La question se pose pourtant pour de nombreuses femmes, et pas seulement dans le cadre d’une ablation préventive en cas de mutation génétique. Comment expliquez-vous que certaines femmes renoncent à se faire reconstruire après leur cancer du sein ? Quels sont les freins les plus fréquents ? Docteur Jonathan Rausky : D’abord je dirais que c’est une question d’âge. Au-delà de 70 ans, les femmes redoutent davantage les douleurs, les cicatrices Tout simplement, elles n’ont ni l’envie, ni le courage de retourner au bloc opératoire. Ensuite, la deuxième raison mais qui est loin d’être majoritaire, ce sont tout simplement des femmes qui n’ont pas envie d’une reconstruction.

C’est leur choix, il est éclairé et je le respecte. Qu’est-ce qui vous fait penser que les femmes manquent d’informations ? Il faut savoir qu’une reconstruction mammaire peut se faire de 1000 façons ! J’exagère mais vraiment, aujourd’hui, on a la possibilité de proposer aux femmes toute une gamme de techniques en fonction de leurs profils et de leurs souhaits. Or il me semble que les femmes ne disposent pas toujours des bonnes informations.

Comment présentez-vous les choses à vos patientes lors de la première consultation ? D’abord, je précise que j’ai une double casquette : je pratique des ablations de tumeur sur les femmes qui ont un cancer du sein et ensuite je les revois pour leur proposer une reconstruction. Cela facilite les choses parce que j’assure un suivi de mes patientes sur la durée. Quelles sont les attentes des femmes qui s’engagent dans la reconstruction mammaire ? Dans quel état d’esprit sont-elles ? Elles sont plutôt réalistes et n’ont pas de folles espérances par rapport au résultat.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.