Robert Combas : Qu’es Aco ? PDF

Chef de file de ce mouvement en Europe, véritable star en France depuis les années 1980, il est aujourd’hui considéré comme l’un des artistes français vivant les plus importants. Une grande rétrospective lui a été consacrée en 2012 au musée d’art contemporain de Lyon, et en 2016 au Grimaldi Forum de Monaco. Il est issu d’une famille de robert Combas : Qu’es Aco ? PDF enfants, il est le fils d’un père ouvrier et d’une mère agent d’entretien.


Il arrête l’école à 17 ans. Beaux-Arts de Sète pendant un an avec Éliane Beaupuy-Manciet. Dès son entrée aux Beaux-Arts, Combas apporte une esthétique novatrice. Alors que l’art conceptuel domine la production artistique française, il prend le contre-pied de ce courant dominant et s’attache à redéfinir l’utilisation de l’espace, de la couleur et de la figuration.

Combas s’approprie les grands poncifs de l’art, et ouvre ainsi de nouvelles possibilités dans la voie d’un retour à la figuration. Dès 1977, Combas peint la série des Batailles, sujet complet et intemporel, puis poursuit, entre autres, avec ses appropriations de la figure de Mickey Mouse. Il crée ensuite le  Pop Art arabe . Cette expression de son invention désigne des œuvres aux airs de publicités des pays  sous-développés , marquées de fausses écritures arabes. Combas passe son diplôme des Beaux-Arts en 1979 à Saint-Étienne. Robert Combas et Hervé Di Rosa sont originaires de Sète.

Bato,  œuvre d’art assemblagiste et collective . Les Démodés, qui connaît un succès d’estime dans le sud de la France. Di Rosa s’inscrit à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. En juin 1987, il rencontre Geneviève à l’âge de 30 ans, il la compare directement à sa muse. Grâce à elle, il redécouvre l’amour et fait ses retrouvailles avec la peinture dans un nouveau style dégoulinant avec l’utilisation de l’acrylique. Il a adopté ce style coloré après un incident.

Les artistes de la figuration libre restent cependant moins influencés par les graffitis que les Américains. Double énergie oreillère avec Geneviève Bras traverseur émetteur. Et énergie oreillère affluent du Soleil au oreille par la chaleur printanière. Les Vieux Dégueulasses : ou, voici où en est la liberté d’expression, Lyon, éd. Publié à l’occasion de l’exposition à Lyon, à la galerie Metropolis, 13 juin-28 juillet 2002. Robert Combas, Paris, galerie Pictura, Éd.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.