ROUBAIX, l’imaginaire en actes PDF

GRTOP à l’Opéra de Paris et le Teatrodanza à La Fenice. Elle a créé plus d’une centaine de pièces, dont un grand nombre constituent des rOUBAIX, l’imaginaire en actes PDF majeures de l’histoire de la danse. Au terme  chorégraphie , Carolyn Carlson préfère celui de  poésie visuelle  pour désigner son travail. Donner naissance à des œuvres témoins de sa pensée poétique, et d’une forme d’art complet au sein de laquelle le mouvement occupe une place privilégiée.


Roubaix est une ville incroyable. En l espace de 15 ans, la vision de la ville a radicalement changé. Le pari culturel, considéré comme le c ur de la politique urbaine, est en passe d être gagné. Chatoyante et chaleureuse, Roubaix multiculturelle, est en pleine effervescence. Cette ville, longtemps décriée, se retrouve étonnée, à l avant-garde des enjeux contemporains. Les photographes Jean-Pierre Duplan et Eric Le Brun saisissent la vie. Ils révèlent les traces, éclairent les possibles. Hervé Leroy dévoile l âme de la cité et de ses habitants. Marie Desplechin, qui préface l ouvrage, ravive les souvenirs d une enfance roubaisienne. Portrait sensible. La mémoire est invoquée, l avenir inventé. La beauté d une ville se construit sur de l imaginaire en actes.

Cette nuance entre chorégraphie et poésie visuelle, Carolyn Carlson l’a dessinée tout au long de sa carrière, au fil des villes et des rencontres. Née de parents d’origine finlandaise en Californie, Carolyn Carlson commence la danse en suivant les enseignements de danse classique à la San Francisco school of Ballet et à l’Université d’Utah. Salt Lake City, elle suit les cours de Joan Woodbury, élève de Mary Wigman et pilier de l’enseignement chorégraphique à l’Université d’Utah. Elle découvre le travail de la chorégraphe et pédagogue Anna Sokolov, venue pour créer une pièce avec les étudiants. Cette rencontre lui offre l’occasion d’interpréter son premier solo.

Alwin Nikolais, qu’elle définit toujours comme son maître et qu’elle a rencontré à l’Université d’Utah, ensuite suivi à New York, a profondément influencé sa conception du mouvement, de la lumière et de la musique. De l’artiste au talent protéiforme, elle a retenu l’idée du spectacle total résultant d’une harmonie entre ses différentes composantes. La rencontre de Nikolais coïncide avec celle du New York des années soixante. En 1965, Carolyn Carlson rejoint le Nikolais Dance Theater dont elle devient rapidement l’une des principales solistes. C’est là, au sein de la compagnie que Nikolais donne à la jeune chorégraphe la possibilité de développer son propre travail.

C’est aussi au sein de la compagnie qu’elle rencontre John Davis, éclairagiste brillant qui deviendra l’un de ses complices artistiques pour de nombreuses années. En 1970, Carolyn Carlson s’éloigne du Nikolais Dance Theater et développe ses propres projets. Quelques mois plus tard, elle part pour la France, accompagnée par John Davis. Là, elle rencontre Anne Béranger qui l’engage dans sa compagnie en tant que soliste et chorégraphe. C’est au sein de la compagnie Anne Béranger que Carolyn Carlson rencontre le danseur qui sera son double masculin tout au long de sa carrière : Larrio Ekson. Ensemble, ils interpréteront plus d’une trentaine de pièces dans le cadre d’une collaboration qui s’étend sur quatre décennies. En 1973, le directeur de l’Opéra de Hambourg, Rolf Liebermann, invite Nicolas Schöffer, Pierre Henry et Alwin Nikolais à créer Kyldex 1.

Liebermann, compositeur et administrateur visionnaire, poursuit son dessin et impose Carolyn Carlson à l’Opéra de Paris avec le titre d’étoile-chorégraphe. En 1976, Carolyn Carlson retrouve brièvement le pays de ses ancêtres pour la création de Kaiku avec le Ballet National de Finlande. La pièce marque la naissance de la danse contemporaine dans le pays, et permet à la chorégraphe de rencontrer Jorma Uotinen qui intégrera le GRTOP et l’accompagnera durant plusieurs années. En 1979, elle crée le solo Writings on the wall à l’Opéra Comique en collaboration avec le metteur en scène Petrika Ionesco. La pièce constitue l’occasion pour elle d’explorer les liens entre danse et théâtre.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.