Souvenirs de Corse, (Éd.1897) PDF

Jean Lorrain vers 1900, studio Benque, Paris. Jean Lorrain est l’un des écrivains scandaleux de la Belle Époque, au même titre que Rachilde, Hugues Rebell et Souvenirs de Corse, (Éd.1897) PDF Delphi.


Souvenirs de Corse / par Mme J. Beaulieu-Delbet
Date de l’édition originale : 1897
Sujet de l’ouvrage : Corse (France) — Descriptions et voyages

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Ses œuvres peuvent être rapprochées de la littérature fin de siècle. C’est alors qu’il compose ses premiers vers. En 1873, il rencontre Judith Gautier lors de vacances à Fécamp : elle s’intéresse assez peu à lui, mais le subjugue littéralement. En 1882, il publie à compte d’auteur, chez l’éditeur Alphonse Lemerre, son premier recueil de poèmes, Le Sang des dieux, et collabore à des revues comme Le Chat noir ou Le Décadent. En 1884, il commence à collaborer au Courrier français dans lequel il publie une série de portraits, dont l’un de Rachilde, qui marque le début de l’amitié entre les deux auteurs. Lorrain se crée un personnage, avec une volonté affichée de provoquer le scandale.

Corseté, fardé, drogué, déguisé, travesti, il fait de sa vie comme de son apparence une œuvre d’art et une provocation, celle d’un  dandy de la fange , qui fréquente à la fois les salons du Tout-Paris et les marlous des mauvais quartiers. En 1891, son recueil de nouvelles Sonyeuse lui vaut son premier succès de librairie. En 1892, il fait un voyage en Espagne et en Algérie. Sa mère le rejoint à Auteuil et restera près de lui jusqu’à sa mort. Il rencontre en 1894 Liane de Pougy, qu’il aidera à se hisser au premier rang de la galanterie. 1895, il collabore au Journal, où il publie ses  Pall-Mall Semaine , devenant l’un des chroniqueurs les mieux payés de Paris. Ses chroniques au vitriol sont goûtées autant que redoutées.

En 1897, la critique salue son roman Monsieur de Bougrelon comme un chef-d’œuvre. Le journalisme fut pour lui un moyen de vivre. La plupart de ses textes, à la forme narrative fragmentée et à la langue personnelle et subtile, riche en métaphores parfois fulgurantes, mêlent éléments autobiographiques, chronique mondaine et éléments du conte ou de la fable. Dans les deux cas, ses écrits sont incriminés, en marge des procès, pour dégradation de la moralité et incitation au crime. Les Contes d’un buveur d’éther sont un témoignage saisissant de ses abus, de sa recherche de l’excitation physique et des paradis artificiels. Il voyage et effectue plusieurs cures à Peïra-Cava, Le Boréon, et Châtel-Guyon, ce qui sera l’occasion pour lui de peindre avec vigueur les ridicules du tourisme thermal, alors en pleine expansion. José de Bérys, Noré Brunel et Georges Normandy et représentée sur la scène du Moulin de la Chanson à Paris en février 1932.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.