Tankers – Les navires-citernes de chez nous PDF

La maquette du tankers – Les navires-citernes de chez nous PDF Amboise a été réalisée en 2016. De plus, des photos de détails et de grandes qualités m’ont bien aidées à interpréter et compléter le plan d’origine. Elles m’ont été fournies par François Féat que je remercie ici pour sa participation.


J’ai souhaité réaliser ce pétrolier car à mon point de vu il est une bonne représentation de l’architecture navale des années 60’s, tout en rondeur avec l’élégance des formes qui s’en dégage. 400 l’ensemble du plan en passant par différentes étapes de transformations à l’aide de logiciels adéquates. Particularitée de construction pour la coque: elle présente sur une longueur importante la forme d’un parallélépipède rectangle, afin d’économiser la planche de balsa, j’ai remplacé pour cette partie l’empilage par de la baguette 25mmx5mm, le pont étant repris et fermé par une planche de balsa. Les peintures sont des peintures glycérophtaliques satinées. Société Pétrolière et de son personnel de 1947 à 1998. Outre les articles qui concernent l’activité de la flotte pétrolière elle est riche d’informations sur le mode de vie de notre pays et particulièrement passionnante à parcourir. A la fin de la seconde guerre mondiale il ne reste qu’une flotte composée principalement que de 2 pétroliers: Bahram, Kobad et divers de servitude.

Shirin chaland basé à Oran 310ts. La Société Générale des Huiles de Pétrole exploite deux raffineries en France, la plus ancienne Lavéra et celle de Dunkerque construite sur le site de l’ancienne unité de raffinage Pétrofina. Elle complète la capacité de sa flotte avec des navires en « affrètement » auprès d’autres Cies. Le 1er décembre 1954, l’Association Pétrolière devient la Société Maritime des Pétroles BP. Il s’agit d’y répondre par la construction de « grands » pétroliers, elle prend livraison de quatre navires commandés au chantier de Dunkerque d’un port en lourd de 33.

Chenonceaux, Cheverny et Chaumont, qui entrent en service entre 1955 et 1958. Ce sont des pétroliers qui sont en adéquations avec la demande d’approvisionnememt du raffinage et d’assurer le remplacement des navires exitants qui deviennent moins « compétifs ». Assez rapidement deux autres navires sont commandés: Amboise 1960 et Azay-le-Rideau 1964 de 50. BP qui nomme ses pétroliers du nom de chateaux de la vallée de la Loire. Retour vers l’Europe chargés de brut pour l’approvisionement des raffineries, principalement Lavéra et Dunkerque. Il continue cette carrière jusqu’en 1997. Equipage: 10 officiers, 32 hommes d’équipages.

Il rejoint les six autres navires de la flotte pétrolière BP, dont le tonnage atteint ainsi 252 000 tonnes. C’est au Havre, le 6 novembre qu’a lieu le baptême et l’inauguration de l’Azay-le-Rideau, en présence de sa marraine, Mme J. Huré, épouse du Président de la S. Jean Morin, Secrétaire Général de la Marine Marchande. Le 14 novembre le navire arrive au port pétrolier de Martigues-Lavéra avec son 1er chargement de pétrole brut, en provenance de Bougie. Equipage: 10 officiers, 30 hommes d’équipages.

Au cours de son exploitation divers améliorations techniques sont apportées, en 1966 sa coque est modifiée par l’adjonction d’un bulbe. Le Pétrolier « Azay le Rideau », de 52 000ts de port en lourd, vient d’être doté d’un bulbe d’étrave étudié par le bassin des carènes de Wageiningen, en Hollande, et monté lors de la visite de garantie du navire, à Marseille. Ce bulbe est le résultat d’une technique adoptée depuis quelques années pour la raison suivante : la vague qui se forme à l’avant du navire est un phénomène bien connu ayantl’inconvénient d’absorber une part de la puissance de propulsion. On avait longtemps recherché les moyens de limiter ou de supprimer cette vague, et ce bulbe n’est qu’une amplification, quelque peumonstrueuse, de dessins d’étraves qui n’étaient appliqués, à ce jour, qu’aux navires rapides.

En 1978 il est vendu à Conoco Shipping Co. Les documents à suivre proviennent de la collection de Yvan Letellier que je remercie pour son aimable contribution . Documents « Journal de la Marine Marchande », hebdomadaire « Le Marin ». 120 de septembre octobre 1964 . Livre « La flotte des navires citernes français » Auteurs: Paul Bois et Hans Pedersen. 392077 Chambord Suez 1967 Auteur: pseudo Bunts.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.