Théorie de la cure d’après Jacques Lacan (La) PDF

Cet article est une théorie de la cure d’après Jacques Lacan (La) PDF concernant la psychanalyse. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.


Pierre Martin (1912-1992) fait des études secondaires et médicales à Lyon. En 1951, il prend la direction d’un secteur psychiatrique à l’Hôpital psychiatrique de Montpellier dont il transforme profondément les méthodes de travail dans un nouveau type de rapport aux patients. Sa rencontre avec Lacan, au début des années 50 inaugure des échanges décisifs qui se poursuivront un quart de siècle. Clinicien hors pair, il fut aussi un enseignant de grand talent : pendant plus de vingt ans à Montpellier comme à Toulon, il anima un séminaire où se sont pressés psychanalystes confirmés et de nombreuses personnes intéressées par la psychanalyse. En 1981, Pierre Martin fut le premier Président de l’Ecole de la Cause Freudienne.

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Ce monde est d’essence tout autant interne qu’externe. L’objet est toujours objet de la pulsion. Les théories de la relation d’objet ne sont pas unifiées.

Sigmund Freud n’employait pas le terme de relation d’objet, mais plutôt des expressions telles que investissement d’objet. Il se fonda peu sur la notion de sujet mais plutôt sur celle d’appareil psychique. Pour Sigmund Freud, l’enfant n’est d’abord pas en relation avec le monde : la sexualité infantile est sans objet. Les théories de la relation d’objet admettent au contraire, dès le départ, un état relationnel de l’enfant et sont donc envisagées comme relations immédiates. Il n’y aurait pas de stade sans objet, mais simplement une distinction à opérer entre la relation de l’adulte et celle présente au départ. Karl Abraham emploie l’expression de relation d’objet, ou d’autres expressions très proches, mais sans formuler une théorie particulière. Il s’agit simplement pour lui de décrire l’évolution de la sexualité infantile, et des stades qui lui sont liés.

Pour Melanie Klein, et ceux qui admettent un objet externe. Ce point amènera la notion de relation d’objet à être critiquée en ce que la relation y serait observable telle quelle. Melanie Klein comprend l’enfant comme d’emblée en relation avec sa mère. L’enfant ne conçoit pas sa mère comme objet total, comme une personne cohérente, indivisible, mais il la clive en fragments.

Ainsi, lors de la tétée, le nourrisson n’a de relation qu’avec l’objet partiel qu’est le sein. Ce clivage de l’objet n’existait pas chez Freud. Melanie Klein décrit un processus particulier au psychisme primitif, nommé position schizo-paranoïde et qui suppose des modes relationnels propres à l’enfant. Fairbairn inventa le terme de schizoïde qui sera repris par Melanie Klein. Selon cet auteur, la pulsion ne recherche pas tant la satisfaction que l’objet.

La pulsion cherche l’objet, et le moi aménage des parties qui sont en communication avec l’objet. Le refoulement visera donc la pulsion et la partie du moi en relation avec l’objet. Bouvet a théorisé la question des relations d’objet en fonction des organisations de personnalité de manière novatrice. Il en a aussi analysé les implications au niveau du transfert. Distance : le point théorique qui distingue l’objet pulsionnel de l’objet réel. Plasticité : les relations évoluent au fil du temps. Donald Winnicott oppose la relation d’objet primitive, à l’utilisation de l’objet, plus élaborée, et qui suppose une vie propre à l’objet, ce qui ne serait pas le cas dans la relation du jeune enfant.

Le concept éclairant cette distinction se nomme objet transitionnel : il s’agit par exemple du doudou, que l’enfant investit, comme ni moi ni non moi. Cette particularité de l’investissement originel se retrouve dans le transfert de l’enfant. Rappelons-le, ils ne forment pas une école officielle mais seulement un groupe cohérent. Jean Laplanche et J-B Pontalis , vocabulaire de la psychanalyse, P. Fairbairn : Études psychanalytiques de la personnalité, Ed. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 4 février 2018 à 01:12. Mais qui écrit sur ce blog ? D’autres blogs à suivre absolument ! S’il y a orientation lacanienne, c’est qu’il n’y a aucun dogme lacanien, pas même l’inconscient structuré comme un langage, aucune thèse ne varietur qui donnerait lieu à abécédaire, bréviaire, compendium, dogmatique. Il y a seulement une Conversation continuée avec les textes fondateurs de l’événement Freud, un Midrash perpétuel qui confronte incessamment l’expérience à la trame signifiante qui la structure. Paris, Bruxelles, Bordeaux, Suisse et Buenos Aires !

Je les remercie pour leurs envois ! Notez que ces retranscriptions n’ont pas été relues par l’auteur. L’Être et l’Un, et place à L’Un tout seul ! Le site de l’École de la Cause freudienne a mis en ligne ce cours ici ! Mais il y manque le cours XIX.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.