Topographie cornéenne PDF

Le mont Royal vu depuis l’observatoire Au Sommet Place Ville-Marie. Le mont Royal est une montagne qui domine la ville de Montréal, au Québec. Il s’agit de l’une des dix collines montérégiennes situées dans le sud-ouest de la province. Cette colline appelée mont Royal par Jacques Cartier en 1535-1536 donna, par déformation attestée quarante ans plus tard, son nom à la ville et à l’topographie cornéenne PDF sur laquelle elle était sise : Montréal.


La topographie cornéenne correspond à. la représentation graphique, sous forme d’une carte, de certaines propriétés géométriques de la cornée (courbure, élévation, épaisseur). Cette technique de mesure est essentielle dans le diagnostic des maladies cornéennes et la mise au point de méthodes de correction de la vision. L’avènement et le développement de la chirurgie réfractive ont rendu la topographie cornéenne indispensable à la mise en place de la stratégie diagnostique et thérapeutique. Elle s’impose désormais avant toute chirurgie réfractive, et complète utilement le bilan préopératoire en chirurgie de la cataracte et du segment antérieur de l’oeil. Cet ouvrage, le premier sur le sujet, expose dans un premier temps les éléments nécessaires à la bonne compréhension de la technique : terminologie, principes optiques, instruments, bases physiques. La seconde partie analyse des cartes topographiques cornéennes telles qu’elles sont utilisées en pratique courante : il s’agit de cartes typiques interprétées qui permettent au lecteur de répondre à l’essentiel des situations cliniques. Les notions relatives au dépistage du kératocône infra clinique (prévention de l’ectasie post LAS1K) ainsi que la mesure du pouvoir optique de la cornée (calcul biométrique après chirurgie réfractive) ont été particulièrement développées. Cet ouvrage constitue un outil de formation indispensable aux ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens.

Sous l’initiative du géologue Frank Dawson Adams, les collines de la plaine du Saint-Laurent entourant le mont Royal prirent le nom  montagnes royales , soit mont Regii, version latine de mont Royal. Aujourd’hui, le terme Montérégiennes désigne tout le groupe de collines marquant la plaine du Saint-Laurent. Le toponyme Montérégie désigne également une région sise au sud-ouest de la province de Québec et marquée de la présence des Montérégiennes. Le mont Royal fait environ quatre kilomètres d’est en ouest et 2,5 kilomètres du nord au sud. Le mont Royal s’est formé il y a environ 125 millions d’années lors d’une intrusion souterraine de magma. Ce magma n’a pas atteint la surface terrestre et a été figé en profondeur.

Lors de son deuxième voyage en 1535, après s’être arrêté le 7 septembre à Québec, Jacques Cartier remonte le Saint-Laurent jusqu’à Hochelaga, maintenant la ville de Montréal. La Terra De Hochelaga Nella Nova Francia, plan en italien de Gastaldi avec à gauche, le Monte Real. Cartier revient ensuite à Stadaconé le 2 octobre et y passe l’hiver. Lors de son troisième voyage, en 1541, Jacques Cartier, devenu subalterne de Roberval, fonde la colonie de Charlesbourg-Royal.

C’est à la Société Saint-Jean-Baptiste que l’on doit la croix s’élevant aujourd’hui sur le mont Royal. Ce n’est que plusieurs années plus tard, en 1924, que la croix du Mont-Royal devient ce qu’on connait actuellement, après gagner son pari grâce à une grande collecte de fonds menée auprès du public québécois. La croix du mont Royal est une croix en métal haute de 31,4 m et qui couronne la montagne. Montréal remplace graduellement les agriculteurs et les fermiers qui gravirent la montagne. En 1975 la croix lumineuse du mont Royal est érigée rappelant le geste De Maisonneuve et elle est tournée vers l’est marquant l’appropriation symbolique de la ville par les francophones.

En 2008, l’Office de consultation publique de Montréal organise une importante consultation sur l’avenir du mont Royal. Petite en altitude, la montagne est immense dans l’identité de la métropole avec son parc dessiné par Olmsted, ses belvédères qui nous font découvrir le fleuve oublié, ses cimetières reflétant la diversité montréalaise et ses grandes institutions qui la servent . Si proche et si loin cet inconnu! Depuis 150 ans, les Montréalais défendent bec et ongles leur montagne. Le lac aux Castors, dans le parc du Mont-Royal. Quelque 350 ans après la visite de l’explorateur Jacques Cartier sur le mont Royal, c’est-à-dire vers 1875, la ville de Montréal y crée un espace vert, le parc du Mont-Royal, inauguré le 24 mai 1876, jour de la fête de la reine Victoria. Le parc du Mont-Royal constitue l’un des espaces verts les plus importants de Montréal.

Une vue prise en infrarouge de Montréal depuis le mont Royal. Jean Poirier, Origine du nom de la ville de Montréal, 1992. Répertoire du patrimoine culturel du Québec – Site patrimonial du Mont-Royal, Culture et communication Québec. Debarbieux,  Le mont Royal Forme naturelle, paysages et territorialités urbaines.

Le parc du Mont-Royal a cent ans , Vie des Arts, vol. Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu , Communications, vol. Vincent Fortier,  Le symbole le plus emblématique de Montréal: le mont Royal. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 31 janvier 2019 à 21:39.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.