Tous ceux qui tombent PDF

Tous ceux qui tombent PDF scorbut a été mis en évidence à la Renaissance, lors des premières explorations maritimes mondiales. Il fallut attendre les années 1930 pour le voir pleinement reconnu comme une maladie de carence alimentaire.


Tous ceux qui tombent, pièce radiophonique en un acte pour onze personnages, a été composée d’abord en anglais, sous le titre All that Fall, en 1956, puis traduite en français par Robert Pinget en 1957. La pièce diffusée pour la première fois le 13 janvier 1957 à la BBC, puis en février 1959 à la RTF, connaît un très grand succès.
La radio est un média qui intéressa beaucoup Samuel Beckett. C’est sans doute cette réflexion sur le son en général, et non sur la seule voix, qui l’amène à imaginer une pièce où les effets sonores vont jouer un rôle capital.

« Jamais pensé à la technique du théâtre pour la radio, mais au plus profond de la nuit m’est venue une belle idée horrible pleine de roues qui grincent et de pieds qui traînent, d’essoufflements et de halètements, qui pourrait – ou pas – aboutir. »
Samuel Beckett

Dans sa forme historique, le scorbut a pratiquement disparu dans les pays industrialisés. En français, les termes scurbut puis scorbut apparaissent en 1604 et 1610, à partir du terme latin médical scorbutus créé en 1541. Durant le commerce des esclaves, le scorbut a été appelé  mal de Luanda . Pour l’épidémiologie historique, voir la section Histoire de la maladie. Le scorbut, dans sa forme historique, est très rare dans les pays développés, si rare qu’un seul cas de scorbut mérite d’être publié dans la presse médicale.

La plupart des vertébrés produisent eux-mêmes de la vitamine C, principalement au niveau du foie. En absence de vitamine C, la formation du collagène est entravée. Le collagène est une glycoprotéine, composant essentiel du tissu conjonctif. Cette maladie du collagène représente la principale lésion biochimique du scorbut. La carence expérimentale du cobaye, comme le scorbut de l’homme, entraîne des troubles dentaires et osseux, une fragilisation des parois des vaisseaux, un retard de cicatrisation au niveau des plaies.

Historiquement, cette fatigabilité rapidement intense entraînait une incapacité de manœuvrer des équipages de la marine à voile. Les gencives sont d’abord rouges et gonflées, puis violacées et saignotantes et enfin ulcérées et surinfectées. Les dents deviennent mobiles, se déchaussent et tombent. Ecchymoses sur la jambe, dues au scorbut. Dessin réalisé d’après un malade d’un navire-hôpital dans les années 1840. Les hémorragies sont d’abord cutanées, sous la forme d’un purpura fait de pétéchies centrées sur les follicules pileux.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.