Venise et l’Orient PDF

Please forward this error screen to 198. 17 ans, Marco Polo part avec son père Niccolò et son oncle Matteo pour l’Asie où il se met, avec eux, au service de Kubilai Venise et l’Orient PDF, l’empereur mongol. De retour en Italie en 1295, après un périple de 26 ans, il participe l’année suivante à une guerre navale entre Venise et Gênes au cours de laquelle il est fait prisonnier par les Génois. Durant son emprisonnement, il dicte à un compagnon de cellule Rustichello de Pise une description des États de Kubilaï et de l’Orient.


Venise et l’Orient, deux destins intimement liés. Devenue une grande puissance grâce à sa suprématie commerciale en Méditerranée, Venise a su établir très tôt des liens privilégiés avec les grandes dynasties musulmanes, les Ayyoubides, les Mamelouks et les Ottomans. Du XIVe au XVlle siècle s’ensuivent d’importants échanges culturels et artistiques entre la cité maritime et les grandes villes du Proche-Orient, Alexandrie, Le Caire, Damas, Jérusalem, Istanbul. Dans le même temps où Venise se pare de palais d’inspiration orientale, où ses grands peintres -Carpaccio, Bellini, Lotto-se plaisent à peupler leurs tableaux de personnages enturbannés ou de précieux tapis venus de Turquie ou d’Egypte, s’opère une formidable transmission des savoirs et des techniques entre l’Orient et la République vénitienne, de l’art du verre à celui du métal. Et Venise d’exporter à son tour des objets de luxe à la mode orientale vers les grandes capitales d’Europe.

Marco Polo n’était pas le premier Européen à se rendre à la cour de l’empereur mongol, mais il est le premier à décrire des réalités chinoises, tel le papier monnaie. Marié, père de trois filles, il meurt en 1324 et est enterré dans l’église de San Lorenzo à Venise. Statue de Marco Polo à Hangzhou. Marco Polo est né le 15 septembre 1254 dans la République de Venise, très probablement à Venise mais le lieu exact de sa naissance n’est pas connu avec précision et fait l’objet de discussion, surtout de la part de quelques historiens croates qui considèrent que l’île de Curzola est le lieu de naissance du Vénitien. Marco Polo passe son enfance en l’absence de son père Niccolò Polo, négociant vénitien spécialisé dans le grand commerce oriental, il est élevé par son grand-père Andréa Polo, lui aussi grand commerçant, cas typique du capitalisme familial. En 1271, à titre de commerçants mais aussi d’ambassadeurs, ils quittent à nouveau Venise pour retourner en Chine avec le jeune Marco.

Ayas, ils empruntent la plus septentrionale des routes de la soie. Après trois ans de voyage, Marco Polo est reçu avec ses parents à la très fastueuse cour mongole, peut-être à Cambaluc. Beaucoup d’incertitudes subsistent sur le trajet exact qu’il a suivi. Rentrés à Venise en 1295, Marco et ses parents sont méconnaissables après un quart de siècle d’absence.

Au cours de ses trois années de prison, devant l’intérêt que suscitent ses souvenirs d’Orient, il décide de les faire mettre par écrit par son compagnon de captivité, Rustichello de Pise. En 1299, avec la signature de la paix entre Gênes et Venise, Marco est libéré. Il épouse alors Donata Badoer, dont il aura trois filles. Tombé malade, il dicte son testament le 8 janvier 1324. Le texte, qui en a été conservé, précise notamment qu’il lègue 5 lires à chacun des couvents installés sur le Rialto et 4 lires à chacune des guildes dont il est membre.

La Casa Polo où à vécu Marco Polo à Venise. La Plaque sur le théâtre Malibran. Russie, sur la Volga, où ils restent un an. L’on doit alors s’interroger sur le but véritable des Polo lors de leur première expédition. Outre les intérêts commerciaux, n’y avait-il pas chez eux le désir d’approcher les Mongols à des fins politiques ? N’avait-il pas une sorte de mission à remplir ? Ont-ils atteint Pékin quand ils rencontrent Kubilai en 1265 ou 1266 ?

Il n’est pas nécessaire de le supposer, les affaires de l’ouest se traitaient souvent à sa résidence d’été en Mongolie, Shangdu aussi appelée Xanadu. Ambassade de l’Empire mongol auprès du pape. Kubilai, ils emportent de l’huile sainte de Jérusalem qui tenait lieu de relique du Christ. Principales étapes du parcours suivi par Marco Polo à l’aller et au retour.

Le parcours exact est difficile à établir pour plusieurs raisons. Dans un texte rédigé plus de vingt ans après les événements, les imprécisions sont parfaitement compréhensibles. Nous suivons la carte proposée d’abord par divers auteurs. Le Khan donne aux Polo une tablette en or de sauf-conduit. Le Livre de Marco Polo pourrait s’intituler le Livre de Kūbilaï Khān car il décrit, non l’histoire de Marco, mais l’empire du plus puissant empereur de l’Histoire du monde. Quand le livre évoque la Russie, l’Asie centrale, l’Iran, l’Afghanistan, c’est parce que Kūbilaï était le suzerain de ces terres. Kūbilaï Khān est le sujet, le centre et l’unité du livre.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.