Vie de saint Antoine (Éd.1874) PDF

Saint Jean-Baptiste de La Salle, peinture de Pierre Léger. Hôtel de La Salle à Reims. La famille vit dans l’Hôtel de La Salle à Reims, encore visible, actuellement 6 rue du Dr Jacquin. Son père le destine à une carrière juridique, mais Jean se sent la vie de saint Antoine (Éd.1874) PDF religieuse.


Vie de saint Antoine / par saint Athanase ; trad. littérale du texte grec par M. Charles de Rémondange
Date de l’édition originale : 1874
Sujet de l’ouvrage : Antoine (saint ; 02..-0356) — Biographies
[Vie d’Antoine (français). 1874]

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Médaille éditée pour le 3e centenaire de sa naissance en 1951. Dans sa ville natale, on lui confie la fondation d’écoles paroissiales pour enfants pauvres. Dès 1679, il rencontre Adrien Nyel et fonde pour les pauvres une école gratuite et en 1681 il loge chez lui certains instituteurs pauvres. Jean-Baptiste de La Salle gravé par L. Il s’aperçoit alors que ce qui manque le plus aux enfants ce sont des maîtres de valeur. Il recrute donc de jeunes maîtres auxquels il propose une forme de vie consacrée à Dieu qui leur laisserait cependant leur caractère laïque.

Ainsi se forme le noyau du futur Institut des Frères des écoles chrétiennes, voué à l’instruction et à l’éducation des enfants des milieux populaires. En 1685, il fonde à Reims un séminaire qui constitue une véritable école normale d’instituteurs, innovation qui n’a pas alors d’équivalent, en dehors de la formation assurée à leurs religieux par les jésuites pour l’enseignement des milieux plus aisés. En 1694, il est élu supérieur de la nouvelle congrégation et la dote d’une règle plus élaborée. Il poursuit son œuvre pédagogique et spirituelle, rédigeant notamment un ensemble d’ouvrages à l’intention des maîtres. 10 août 1714 avant de repartir vers Paris.

Vers la fin de sa vie, il se démet de ses fonctions. Il meurt dans la maison-mère qu’il a fixée à Rouen. Après sa mort, son institut continue à se développer rapidement en France et dans le monde entier, servant volontiers de référence aux congrégations enseignantes. Deux innovations sont à noter : la leçon n’est pas donnée individuellementmais dans une classe et l’on apprend à lire en français et non en latin. Ces nouveautés ont bouleversé la pédagogie en France.

En 1734, son corps est ramené à Saint-Yon dans la chapelle de son pensionnat, puis en 1835 dans celle de l’École normale de Rouen. Son procès de béatification commença en 1835 et, le 8 mai 1840, il fut déclaré vénérable. Sa fête est fixée au 7 avril. En 1937 ses reliques ont été transférées à Rome. Fondatrice des Ursulines, qui arrivent en France vers 1600. Il proclamait partout l’importance de l’école.

1994, qui fut durant quelques années le guide spirituel de J. Il fonda à Reims les Sœurs de l’Enfant-Jésus pour l’éducation des petites filles pauvres, montrant la route au fondateur des Frères. Lui aussi fonda des écoles de charité pour filles, puis pour garçons. La Salle le consultait avant toute décision importante.

Catéchiste et pédagogue de valeur, il ouvrit des écoles à Rouen puis à Reims. La vie de Jean-Baptiste de La Salle a débordé l’organisme de son Institut, et suscité la fondation d’œuvres similaires à la sienne. Son esprit a inspiré les règlements de douze Congrégations enseignantes de Frères français entre 1816 et 1842. En 1904, ces congrégations totalisaient 20 311 religieux, 1 682 établissements et 201 332 élèves.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.